TUNISIE
13/03/2018 04h:32 CET

Des fonctionnaires impliqués dans la contrebande de médicaments vers la Libye affirme le ministre de la Santé Imed Hammami

Facebook / عماد الحمامي - Imed Hammami

Le ministre de la Santé, Imed Hammami, a déclaré, lundi, qu'une enquête est en cours dans une grande opération de contrebande de médicaments en direction de la Libye, affirmant que des fonctionnaires de l'Etat sont impliqués dans cette affaire.

Auditionné par la commission de la réforme administrative, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et du contrôle de l'argent public au sujet du rapport de la cour des comptes sur la gestion des déchets hospitaliers, le ministre a refusé, dans une déclaration à la TAP, de donner plus de détails sur cette affaire qui est entre les mains de la justice.

Hammami a ajouté que les affaires de corruption n'épargnent aucun domaine, en particulier, le ministère de la santé et que les opérations de contrebande touchent tous les secteurs et les produits par voie terrestre, maritime et aérienne. Il a, cependant, évoqué une nouvelle forme de contrebande qu'il considère plus grave à savoir celle effectuée sur des sites virtuels et électroniques par des Tunisiens, estimant qu'il s'agit là de "crimes impardonnables".

Il n'y aura pas de réconciliation avec les nouveaux contrevenants, a-t-il dit, affirmant que toutes les affaires qui seront détectées seront soumises à la justice conformément à la loi.

"Toute la lumière sera, prochainement faite sur la grande opération de contrebande des médicaments en direction de la Libye ainsi que sur les affaires de corruption qui ont été soumises à la justice", a-t-il dit.

Les différentes revendications des jeunes médecins ont été satisfaites

Le ministre de la Santé a également indiqué que les jeunes médecins avaient refusé la signature d'un accord qui satisfait leurs différentes revendications.

Il n'y a plus de raison de poursuivre la grève qui menace le bon déroulement de l'année universitaire, a estimé Hammami.

Le ministre de la Santé a appelé dans une déclaration à la TAP, en marge de la réunion de la Commission de la réforme administrative, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et du contrôle de gestion des deniers publics à l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), les jeunes médecins à signer l'accord et mettre fin, immédiatement, à la grève dans les différentes facultés de médecine.

Hammami a également appelé les protestataires à reprendre les cours et ne pas bénéficier des prochaines vacances de deux semaines pour rattraper les cours ratés à cause d'une grève de près de 40 jours.

Le maintien de la grève affectera le déroulement du travail dans les structures sanitaires, a regretté Hammami.

L'accord soumis à la signature comporte une réponse favorable aux différentes revendications des jeunes médecins à l'exception de deux demandes à savoir celle relative à l'exemption du service civil et celle portant sur la rémunération des médecins stagiaires étrangers, a expliqué Hammami.

Ces deux demandes relèvent des prérogatives des ministères de la Défense et des Finances, a précisé la même source, affirmant que le ministère de la santé s'est engagé de signaler cette question auprès des deux parties concernées dans le but de satisfaire les revendications des jeunes médecins protestataires.

Le statut spécifique des stagiaires internes et résidents en médecine a été publié dans le JORT le 09 mars 2018, a rappelé Hammami.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.