MAROC
14/03/2018 06h:55 CET | Actualisé 14/03/2018 07h:02 CET

Le musée Mohammed VI rendra hommage à l'artiste Ahmed Cherkaoui dans une exposition rétrospective

EXPOSITION - Les amateurs d’art pourront bientôt découvrir les oeuvres d’un des précurseurs de la peinture moderne au Maroc, Ahmed Cherkaoui. Après l’exposition tirée de la collection Banque Centrale d’Espagne “De Goya à nos jours”, le musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI) rend cette fois-ci hommage à cette figure incontournable de l’abstraction marocaine dans une exposition intitulée “Ahmed Cherkaoui, entre modernité et enracinement”.

Alors que l’exposition avait initialement été annoncée pour le mois de décembre dernier, pour commémorer le cinquantenaire de la disparition de l’artiste, elle n’aura finalement lieu qu’à partir du 27 mars et jusqu’au 27 août.

ahmed cherkaoui2

“En 1967, le peintre Ahmed Cherkaoui est terrassé par une maudite infection à l'âge de 32 ans. Foudroyé par le feu de la création, comme s'il n'était passé sur terre que pour imprimer son message. 'L'Ange bleu' s'exécute en présage. Un demi-siècle plus tard, sa peinture trace toujours son sillage”, avait écrit le sociologue Mustapha Saha pour le HuffPost Maroc.

Une cinquantaine d’œuvres exposées dévoileront les grands axes de sa réflexion artistique souvent inspirée “du vocabulaire du signe berbère tatoué, gravé, tissé, qu’il reproduit à travers des œuvres picturales et graphiques”, indique un communiqué du musée.

ahmed cherkaoui3

Le Petit chinois 1962, Technique mixte sur toile de jute, 43x 54 cm, COLLECTION DE BANK AL-MAGHRIB

Les visiteurs pourront découvrir des oeuvres majeures de l’artiste, mais aussi d’autres réalisations moins connues du grand public. L’exposition réunira également des tableaux issus de collection privées ou institutionnelles, marocaines ou internationales, restituée à travers un parcours chronologique mettant en lumière le développement de sa recherche picturale.

Parmi ces oeuvres, le public retrouvera “Chants de l’Atlas”, “Mosquée bleue”, “Solstice” et bien d’autres qui ont fait du signe la marque de fabrique d’Ahmed Cherkaoui.

ahmed cherkaoui1

“Chants de l’Atlas” (1967) Huile sur toile, 60 x 73 cm, COLLECTION DE BANK AL-MAGHRIB

Bio express

Né en octobre 1934 à Boujad (région de la Chaouia), c’est à Casablanca qu’Ahmed Cherkaoui poursuit ses études puis s’initie au métier de calligraphe auprès d’un maître renommé. En 1956, il intègre l’École des Métiers d’Art de Paris, section arts graphiques, où il se consacre à l’étude des techniques de la lettre, de la décoration et de l’affiche. Ces années sont aussi celles d’une expérimentation secrète et solitaire de la peinture. En 1960, il intègre les Beaux-arts de Paris au sein de l’atelier d’Aujame et se fait rapidement une place au sein du groupe de l’École.

De passage par Varsovie en 1961 au sein de l’Académie des Beaux-arts, Cherkaoui se mesure aux recherches graphiques de l’avant-garde polonaise et réalise l’importance du signe dans sa création.

En 1966-1967, son travail se caractérise par l’union entre ses deux sensibilités: le signe tracé et le signe formel. En 1967, Cherkaoui envisage son retour au Maroc. Il décède la même année en août, laissant derrière lui une production de près de 200 œuvres.

LIRE AUSSI: