MAROC
13/03/2018 10h:42 CET

8 façons de soutenir un proche aux prises avec un problème de santé

Two teenage friends are hanging out after school at home. One girl is upset and her best friend is comforting her. They are hugging.
FatCamera via Getty Images
Two teenage friends are hanging out after school at home. One girl is upset and her best friend is comforting her. They are hugging.

SANTÉ - Il n'est jamais facile d'apprendre qu'un proche est malade, victime d'un accident ou confronté à un diagnostic angoissant. Bien que ce soit l'une des pires épreuves à traverser dans la vie, nous sommes malheureusement tous appelés à y faire face un jour ou l'autre.

"On se sent choqué, effrayé, inquiet ou désemparé pour celui que l'on aime", constate Anne Moyer, agrégée de psychologie à l'université Stony Brook (New York).

Éprouver ces sentiments est normal. Tout problème de santé risque de bouleverser notre quotidien, ce qui nous fait peur, confirme Melodie Winawer, neurologue et neuroscientifique à l'université Columbia. "Tous nos repères sont brutalement remis en cause, et ce changement est extrêmement difficile à assimiler d'un côté comme de l'autre", dit-elle.

S'il n'existe pas de mode d'emploi pour ce type de situations, il convient de garder quelques points clés en tête quand on apporte son soutien à un proche. Nous avons recueilli les témoignages de ceux qui se trouvent des deux côtés du diagnostic – médecins, psychologues et victimes de problèmes de santé – ainsi que leurs conseils pour adoucir cette période éprouvante. Voici ce qu'il faut et ne faut pas faire:

A faire : dire quelque chose

support friend

"Quoi que vous disiez, c'est toujours mieux que de garder le silence", indique Ron Blake, qui souffre de troubles post-traumatiques depuis une agression sexuelle. "Vous pouvez même avouer à la personne que vous ne savez pas quoi dire mais que vous voulez simplement lui faire savoir que vous êtes là pour elle. Le silence est pire que tout."

Ce n'est pas grave de ne pas savoir quoi dire, mais montrez que vous comprenez la gravité de la situation avec des paroles sincères, compatissantes, du genre: "Je ne sais pas quoi faire pour t'aider, mais je suis là" ou "Moi aussi je suis bouleversé, mais je vais faire tout ce que je peux pour t'aider", suggère Anne Moyer.

À ne pas faire: ne parler que de soi

Penser à sa propre expérience est humain, reconnaît Melodie Winawer. Essayez cependant de refouler cette inclination naturelle en présence d'un proche confronté à un diagnostic. Retirez-vous de l'équation et offrez à l'autre l'occasion d'expliquer ce qu'il ressent, sans l'y contraindre.

Dites quelque chose comme: "J'ai du mal à imaginer ce que tu peux ressentir. Tu veux m'en parler?" ou "Je n'ai jamais vécu une telle situation, j'aimerais essayer de comprendre ce que ça peut être", recommande-t-elle.

À faire: aider avant qu'on vous le demande

S'il semble naturel d'offrir son aide en disant: "N'hésite pas à me demander si tu as besoin de quoi que ce soit", cela peut placer l'autre dans la situation embarrassante d'avoir à penser à la façon dont vous pouvez l'aider, souligne Nick Arquette, fondateur et PDG de Walk with Sally, une organisation à but non lucratif qui propose ses services aux familles touchées par le cancer.

"Quand un ami ou un proche est confronté à un grave problème de santé, l'un des meilleurs moyens de le soutenir est de le soulager du fardeau que représente le fait de demander", précise-t-il.

Autrement dit, épargnez-lui une corvée quotidienne telle que la lessive, assurez-vous que les factures sont payées ou que le dîner est prêt. Vous pouvez aussi simplement proposer d'aller faire un tour avec la personne, afin qu'elle se confie et évacue si besoin est.

Pour Christina Pandapas, à qui l'on a diagnostiqué un cancer colorectal de stade 3 à l'âge de 46 ans, les gestes simples sont souvent les plus salutaires.

"Préparer le repas est extrêmement utile, tout comme emmener les enfants à des activités, à l'école ou les garder pour la nuit", dit-elle. "Tout ce qui est susceptible d'apporter un peu de légèreté et de normalité soulagera le stress de toute la famille."

Vous pouvez aussi passer par le conjoint pour savoir comment vous rendre utile. "Il y en a pour qui c'est difficile d'appeler à l'aide", remarque-t-elle. "Mon mari était très doué pour aider mes amis à ménager mon ego."

À ne pas faire: se prendre pour un expert médical

Même si vous êtes médecin, ou si vous avez souffert d'une maladie similaire, n'oubliez pas que chaque expérience est unique.

"En général, quand on est atteint d'une grave maladie, des professionnels s'occupent de nous", ajoute-t-elle."On n'a pas vraiment besoin que le voisin de votre cousin vous fasse part de ses remèdes de grand-mère."

Ne faites pas non plus de pronostic trop optimiste, même si cela part d'une bonne intention, prévient Rachel Soper Sanders, qui souffre de douleur chronique à la suite d'un grave accident de voiture. "Ne dites pas que tout ira bien, parce que personne ne sait vraiment si ça va aller ou pas", constate-t-elle.

N'allez pas non plus vous imaginer que la personne va bien parce qu'elle a l'air bien, poursuit-elle. De nombreuses maladies ne se voient pas de l'extérieur, alors parler de l'apparence peut s'avérer blessant ou dédaigneux.

À faire: être encourageant

friends solidarity

Même si vous aimeriez le savoir, évitez de lui demander comment elle va, ce qui risque de raviver le chagrin, reprend Christina Pandapas: "J'allais toujours bien jusqu'à ce que quelqu'un me pose cette question, qui me mettait les larmes aux yeux."

Préférez des paroles d'encouragement, comme: "Tu es incroyable", suggère-t-elle. Si vous souhaitez en savoir plus sur le traitement ou ce que la personne éprouve, essayez: "Quelles sont les nouvelles?"

À ne pas faire: vous vexer si vos tentatives pour engager la conversation tombent à plat

Chacun sa façon de gérer la maladie. Si, pour la plupart, c'est un soulagement d'en parler, certains ont plus de mal, remarque Melodie Winawer.

Ce qui compte, c'est de ne pas pousser à parler ceux qui ne semblent pas en avoir envie. Le mieux, c'est de dire carrément: "Préviens-moi si tu préfères que je m'en aille ou que j'arrête de te poser des questions, je ne me vexerai pas!" conseille-t-elle. N'ayez pas peur du silence: n'essayez pas de le combler avec du bavardage. L'autre peut avoir tout simplement besoin d'être assis avec vous sans parler.

À faire: montrer que la vie suit son cours

family beach

"Prenez conscience qu'apporter son soutien à quelqu'un qui souffre d'un grave problème de santé est très délicat", nous dit Christina Pandapas. "Même s'il a besoin d'aide, il peut aussi en avoir assez de n'être vu que comme un malade."

Passer du temps à effectuer des activités normales avec eux – regarder une émission, prendre un cours de yoga, sortir le chien – et parler d'autre chose que de leur maladie peut leur apporter un répit bienvenu.

Rachel Soper Sanders, qui ne pouvait plus sortir après son accident, reconnaît que ses relations et sa vie sociale en ont pris un coup. "C'était tellement agréable que des gens viennent simplement passer un moment avec moi à la maison", se souvient-elle.

À ne pas faire: ne plus donner de nouvelles

Tout de suite après un diagnostic ou un accident, on est extrêmement entouré, déclare Melodie Winawer. Mais, passés les premiers jours ou les premières semaines, l'entourage se fait rare, alors que la maladie ou le diagnostic, eux, sont toujours là. Restez présent, envoyez des textos de temps en temps, une carte-cadeau pour un massage ou une manucure, montrez que vous continuez à y penser.

Christina Pandapas dit que ses amis n'ont pas cessé de la soutenir tout au long de son rétablissement, ce qui a beaucoup compté pour elle.

"Ils avaient un sens incroyable du timing. Juste au moment où j'étais fatiguée, déprimée, un bouquet de fleurs apparaissait sur le pas de ma porte, ou bien je recevais un texto pour prendre de mes nouvelles", dit-elle. "Plus important encore, ils me félicitaient pour ma force intérieure, ce qui m'a aidée à la conserver."

et article, publié à l'origine sur le HuffPost américain, a été traduit par Catherine Biros pour Fast For Word.

LIRE AUSSI: