ALGÉRIE
12/03/2018 14h:33 CET | Actualisé 12/03/2018 14h:34 CET

Intelligence artificielle: nouvelles applications développées par Google

Google Inc. Pixel 2 and Pixel 2 XL smartphones are displayed during the 2018 Consumer Electronics Show (CES) in Las Vegas, Nevada, U.S., on Thursday, Jan. 11, 2018. Electric and driverless cars will remain a big part of this year's CES, as makers of high-tech cameras, batteries, and AI software vie to climb into automakers' dashboards. Photographer: David Paul Morris/Bloomberg via Getty Images
Bloomberg via Getty Images
Google Inc. Pixel 2 and Pixel 2 XL smartphones are displayed during the 2018 Consumer Electronics Show (CES) in Las Vegas, Nevada, U.S., on Thursday, Jan. 11, 2018. Electric and driverless cars will remain a big part of this year's CES, as makers of high-tech cameras, batteries, and AI software vie to climb into automakers' dashboards. Photographer: David Paul Morris/Bloomberg via Getty Images

Faire défiler des oeuvres d'art en fonction de leur palette de couleurs ou vagabonder dans les archives photo du magazine Life: le Lab de Google Arts and Culture à Paris a développé de nouvelles applications d'intelligence artificielle destinées au grand public et aux professionnels.

La nouvelle Art Palette permet de choisir une gamme de couleurs avec laquelle des algorithmes recherchent des similitudes chromatiques dans la plateforme de Google Arts and Culture, qui abrite 3 millions d'oeuvres d'art et de documents. On peut aussi constituer la gamme de couleurs à partir d'une photo de son appartement ou de sa tenue vestimentaire.

Le Laboratoire de recherche ("Le Lab") avait déjà créé une application permettant, à partir d'un selfie, de retrouver son "sosie" dans un tableau de maître. Accessible aux internautes dans certains pays, cette application a été utilisée par 30 millions de personnes en quelques jours, selon Google.

Autre application, très différente, celle développée pour les archives du magazine Life : 4 millions d'images, dont la plupart n'ont pas été publiées. On choisit l'une d'entre elles - les photos de la page d'accueil sont constamment renouvelées -, l'application la décompose en plusieurs éléments, dont certains sont repérés dans d'autres photos grâce aux algorithmes du Lab.

On surfe ainsi avec une interface simple sur cette énorme base d'images où des libellés très généraux - "le calme", "le laboratoire" - côtoient des entrées très pointues sur les différents modèles de Porsche. Le système commet aussi parfois des erreurs: un pompier en ciré apparaît ainsi dans les résultats du libellé "Dark Vador".

Le Lab a également développé pour le MoMA de New York une application plus professionnelle destinée à identifier les oeuvres photographiées en noir et blanc figurant dans la documentation des anciennes expositions du musée. Le système est capable de "lire" les 30.000 photos en stock et d'identifier les oeuvres à partir des archives des collections du musée.

Disposant d'équipements de pointe - écran géant interactif, capture 3D, prototypage numérique (imprimante 3D, decoupe laser...) -, le Lab de l'Institut Culturel réunit chercheurs et artistes en résidence. Le Google Art Project, lancé en 2011, compte plus de mille partenaires dans quelque 60 pays.

Depuis 2015, le géant américain s'intéresse également aux arts de la scène (vidéo à 360°) et a conclu des accords avec plus de soixante institutions de 21 pays. Il développe aussi depuis 2016 des visites virtuelles de 18 châteaux de la Loire grâce à la technologie de capture Street View.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.