ALGÉRIE
12/03/2018 06h:32 CET | Actualisé 12/03/2018 10h:01 CET

La wilaya de Boumerdes annule tous les projets de développements 2016 non encore lancés

Boumerdes, wilaya of Boumerdes, Algeria (36°45'51.11'N, 3°28'36.34'E)
Yann Arthus-Bertrand via Getty Images
Boumerdes, wilaya of Boumerdes, Algeria (36°45'51.11'N, 3°28'36.34'E)

Les programmes et opérations de développements inscrits à l’actif de la wilaya de Boumerdès, en 2016, et demeurés à ce jour non lancés en réalisation, sont en cours d’annulation, au motif du grand retard accusé dans leur mise en œuvre.

Cette décision a été annoncée par le chef de l’exécutif Abderrahmane Madani Fouatih lors du Conseil de la wilaya consacré au secteur de l’éducation, durant lequel il a instruit de "l’annulation de tous les projets de développement inscrits en 2016 et non réalisés", en vue de "l’inscription de nouveaux projets qui seront immédiatement lancés en travaux ", a-t-il recommandé.

Le wali a annoncé, par la même occasion, que les communes et secteurs "n’ayant pas consommé de façon significative les dotations financières qui leur ont été affectées en 2016, n’ouvriront pas droit à de nouvelles opérations de développement au titre du programme de 2018".

En effet, jusqu’à fin décembre dernier, seul 34,66% du budget consacré aux Plans communaux de développement (PCD) a été dépensé, soit 271 opérations clôturées sur 491 inscrites à la livraison, sur un total de 800 opérations affectées à la wilaya, ces dernières années.

S’agissant du budget des plans sectoriels, le taux de consommation dans le domaine a été estimé à 65,71%, à fin 2017, soit un montant de 7,1 milliards de dinars sur un total de 9,8 milliards.

D’où l’avertissement signifié, dernièrement, par le wali, aux communes n’ayant pas consommé au moins 80% de leur budget, qu’elles n’auront pas droit à des programmes de développement supplémentaires au titre de l’exercice 2017.

Le wali avait fixé un seuil de consommation minimum de 40%, aux directions et organismes de la wilaya, sur leurs budget sectoriel, faute de quoi "ils n’ouvriront pas droit à des financements supplémentaires au titre du budget sectoriel de 2017 ", avait-il averti.

Il avait estimé cette façon de fixer le budget de consommation "utile", pour "inciter les responsables des communes et des directions de wilaya, ayant encore des sommes considérables dans leurs caisses, à les consommer dans le financement de projets ", a-t-il observé.

Pour le chef de l’exécutif de la wilaya de Boumerdès, la non-consommation des crédits dans leurs délais "veut dire que soit les communes ne méritent pas ces crédits, ou alors qu’il existe une +négligence+ dans l’amélioration des prestations publiques destinées aux citoyens".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.