MAROC
11/03/2018 16h:26 CET

Virginie Calmels défendue par Éric Dupond-Moretti face à Christine Angot

TÉLÉVISION - "C'est d'une violence incroyable..." Dans l'émission de ce samedi 10 mars, le temps n'était pas au beau fixe à "On n'est pas couché". Tout au long de l'interview de Virginie Calmels, proche d'Alain Juppé et désormais numéro 2 des Républicains, les passes d'armes se sont succédé.

La première adjointe à la mairie de Bordeaux et Yann Moix se sont tout d'abord écharpés quant à la qualité du livre publié par l'invitée, mais c'est surtout entre l'avocat Éric Dupond-Moretti et Christine Angot que le ton est monté.

Alors que la chroniqueuse évoquait en détails le passé sentimental et amoureux de Virginie Calmels, "Acquittator" s'est agacé d'assister à une telle interview. "Que vous alliez exposer publiquement un passé sentimental dont peut-être Madame n'a pas envie de parler, c'est aller très loin. On n'est pas au tribunal ici."

Et après de longues minutes confuses en plateau, où le brouhaha régnait entre les différents intervenants, une nouvel affrontement a eu lieu, comme le montre la vidéo de nos confrères du HuffPost France en tête d'article. Une séquence particulièrement tendue où Christine Angot s'est sentie attaquée sur sa manière de mener les entretiens, craignant que l'avocat n'ait "quelque chose" contre elle personnellement.

Un peu plus tôt, le médiatique avocat avait déjà défendu Virginie Calmels face aux attaques de Christine Angot. "Vous avez en face de vous deux procureurs de grand talent, et on ne vous laisse pas toujours répondre", a-t-il expliqué. Il a ensuite ajouté que dans un tribunal, il aurait demandé à ce que Virginie Calmels, si elle avait été sa cliente, puisse au moins avoir le temps de répondre à ses intervieweurs. Et de marteler que Christine Angot "y va trop fort, vraiment trop fort."

Après de nouveaux échanges tendus, Éric Dupond-Moretti, apparemment agacé par la scène, a même demandé si la dispute n'allait pas être coupée au montage. Elle a finalement été gardée, malgré le "j'aimerais surtout que vous me lâchiez" final de Christine Angot.

LIRE AUSSI: