ALGÉRIE
11/03/2018 08h:06 CET | Actualisé 11/03/2018 08h:06 CET

FN : seule candidate, Marine Le Pen réélue présidente

LILLE, FRANCE - MARCH 10:  France's far-right party Front National (FN) president Marine Le Pen gives a press conference during the French far-right Front National (FN) party annual congress on March 10, 2018 at the Grand Palais in Lille, north of France. Le Pen will attempt to revive her battered party this weekend at a conference with a proposal to ditch the tainted National Front brand, seen as a key hurdle to winning power. on March 10, 2018 in Lille, France.  (Photo by Sylvain Lefevre/Getty
Sylvain Lefevre via Getty Images
LILLE, FRANCE - MARCH 10: France's far-right party Front National (FN) president Marine Le Pen gives a press conference during the French far-right Front National (FN) party annual congress on March 10, 2018 at the Grand Palais in Lille, north of France. Le Pen will attempt to revive her battered party this weekend at a conference with a proposal to ditch the tainted National Front brand, seen as a key hurdle to winning power. on March 10, 2018 in Lille, France. (Photo by Sylvain Lefevre/Getty

Marine Le Pen, seule candidate à sa succession, a été réélue sans suspense présidente du Front national, avec 100 % des suffrages exprimés, à l'issue d'un vote par correspondance dont les résultats ont été proclamés ce dimanche11 mars lors du congrès du parti à Lille.

La finaliste de la présidentielle, âgée de 49 ans, entame un troisième mandat à la tête du parti qu'elle dirige depuis qu'elle a succédé à son père en 2011, et pour lequel elle proposera dans l'après-midi une nouvelle appellation. Il y a eu 2,87 % de bulletins blancs ou nuls.

Marine Le Pen, qui est également députée du Pas-de-Calais, doit prononcer un discours dans l'après-midi dans lequel elle proposera un nouveau nom pour son parti, qu'elle peine à relever après son échec à la présidentielle et à propos duquel elle admet "un trou d'air".

Louis Aliot, jusqu'à présent vice-président chargé de la formation et des manifestations, a été le mieux élu par les militants au conseil national (ex-comité central), le parlement du parti, devant Steeve Briois, secrétaire général jusqu'à ce congrès, et Nicolas Bay, vice-président chargé des affaires européennes, qui passe de la 8e à la 3e place. Ce scrutin a été organisé par correspondance.

Jean-Marie Le Pen officiellement déchu

Au congrès de 2014, l'ex-députée du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen était arrivée en tête, devant Louis Aliot et Steeve Briois. Florian Philippot avait obtenu la quatrième place. Mais elle s'est retirée de la politique en mai dernier, et Florian Philippot, qui était le bras droit de Marine Le Pen, a claqué la porte du parti en septembre.

Si bien que Louis Aliot, compagnon de la présidente du parti, et Steeve Briois étaient déjà devenus de facto les deux premiers responsables de ce conseil national. L'ordre d'arrivée des élus est un baromètre de leur influence au sein du FN.

Par ailleurs, les militants du Front national ont voté sans surprise de nouveaux statuts du parti qui suppriment la fonction de président d'honneur, occupée depuis 2011 par le cofondateur du parti Jean-Marie Le Pen, déjà exclu, a annoncé dimanche Jean-François Jalkh, vice-président du FN. Les quelque 1 500 militants présents à Lille ont approuvé ces statuts à 79,7 % des voix exprimées (20,2 % contre).

Jean-Marie Le Pen, qui a présidé le parti 39 ans, de 1972 à 2011, avait déjà été exclu du parti en 2015 par Marine Le Pen en raison de propos polémiques répétés sur la Shoah.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.