MAROC
11/03/2018 13h:15 CET | Actualisé 11/03/2018 14h:32 CET

Cinq maisons s'effondrent à Casablanca après le mauvais temps

AIC Press

EFFONDREMENT - Les rafales de vent du samedi 10 mars ont laissé sur leur passage plusieurs dégâts, notamment à Casablanca qui a de nouveau connu des effondrements. Cette fois-ci, c'est dans le quartier de Darb Houmane dans l'ancienne médina de la ville blanche que le drame a eu lieu. Cinq maisons se sont effondrées dans les environs de 16h30 d'après les témoignages des habitants du quartier rapportés par plusieurs médias locaux.

Selon les habitants, les maisons n'ont pas résisté à la puissance des vents qui a marqué la journée du samedi. D'autres témoins parlent d'un cour-circuit qui se serait déclenché à cause des fortes pluies. Une enquête a donc été ouverte par les autorités locales pour déterminer les circonstances de cet effondrement, selon le site de 2M.

casa2

"J'avais prévenu les autorités, jeudi, de l'effondrement de quelques murs de nos maisons, mais aucune action n'a été prise", a déclaré, au SiteInfo, une femme résidant une des habitations effondrées.

Les autorités locales se sont rendues sur les lieux après l'effondrement et les résidents ont été évacués à temps. Heureusement, ce drame n'a pas fait de victimes, tandis que d'autres, récents dans ville, ont fauché des vies.

casa3

Pas plus tard que 3 mars courant, une adolescente de 17 ans a perdu la vie alors que sa soeur jumelle a été blessée suite à l'effondrement du toit d'une maison à Derb Chorfa, dans le quartier Mers Sultan. Et en janvier, un homme d'une soixantaine d'années a lui aussi été victime de l'effondrement du toit de sa maison dans la rue Farhat Hachad.

La chambre des représentants avait adopté en février 2016 un projet de loi sur les habitations menaçant ruine, dans l'objectif de créer un fonds d'intégration urbaine et le déploiement d'une agence nationale pour la rénovation urbaine et la réhabilitation des constructions menaçant ruine.

Et bien avant, en juin 2012, une convention avait été signée pour venir à bout de ces logements menaçant ruine dans la capitale économique. Le ministère de l'Aménagement du Territoire national, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la ville avait alors annoncé le transfert de "9250 familles vers des appartements d’un coût de 250.000 dirhams dont chaque famille doit verser 100.000 dirhams", d'après la MAP.

LIRE AUSSI: