MAROC
10/03/2018 11h:18 CET

ONU Femmes et Coca-Cola Maroc associés pour les femmes rurales

Abdou Kadiri, directeur général de Coca-Cola Maroc.
Tom GAGNOU
Abdou Kadiri, directeur général de Coca-Cola Maroc.

SOCIÉTÉ - Vendredi 9 mars, à l’occasion de la journée internationale de la femme, ONU Femmes et Coca-Cola Maroc ont présenté leur partenariat au sein du "programme d’autonomisation économique des femmes rurales à travers la promotion de la chaine de valeur agro écologique pour une meilleure résilience au changement climatique". En marge de ce projet écologiste, s’ajoute l’ambition de renforcer le leadership des femmes dans les coopératives d’Ouarzazate et Essaouira.

Un projet avec plusieurs ambitions

"Nous vivons une période critique dans le cadre du développement durable", a déclaré Nezha El Ouafi, secrétaire d’État auprès du ministre de l’énergie, chargée du développement durable. "Le constat de ces dernières années prouve que le dérèglement climatique est une réalité. Notre pays est prêt pour affronter ce changement. Nous avons plusieurs stratégies de développement durable que nous préparons avec plusieurs plans d’action. C’est une chance de pouvoir unir nos forces pour créer une société plus puissante et des infrastructures durables", a-t-elle ajouté.

Mis en place en juin 2017 par ONU Femmes et financé par Coca-Cola Maroc, ce programme a pour objectif de développer des activités agro écologiques chez les agricultrices appartenant à des coopératives d’Ouarzazate et Essaouira. Au total, 54 femmes sont concernées. En plus des enjeux écologiques que porte le projet, il travaille au renforcement du leadership de ces femmes.

Pour cela, il leur favorise un meilleur accès au marché, tout en préservant l’environnement et en développant une agriculture durable. À terme, il s’agit d’instaurer l’autonomisation économique des femmes dirigeantes de coopératives.

Améliorer la condition des femmes

Au cours de la conférence, la représentante d’ONU Femmes Maghreb, Leila Rhiwi, n’a pas manqué de rappeler les nombreuses inégalités qui subsistent entre les hommes et les femmes au Maroc. Les écarts de rémunération divergent de près de 22%. Huit femmes marocaines sur dix sont sans activité, dont neuf sur dix dans le milieu rural, contre seulement deux sur dix pour les hommes. De même que seulement 1% des femmes rurales possèdent leurs propres terres.

Pour cause, la mobilité restreinte des femmes, la difficile conciliation de la vie professionnelle à la vie de foyer et enfin, la faible éducation. En effet, il faut savoir qu’au Maroc, 65% des femmes de moins de dix ans sont analphabètes contre 35% chez les hommes. Le royaume a encore beaucoup de progrès à faire à ce sujet, surtout s’il veut espérer voir apparaître des retombées positives sur ce projet qui, selon Nezha El Ouafi, vont de pair avec le développement des conditions des femmes. La secrétaire d’État auprès du ministre de l’agriculture, Mbarka Bouaida, a quant à elle rappelé qu’il s’agissait d’un "devoir national auquel tout le monde doit participer".

Les femmes, un atout majeur du développement de Coca

Si Coca s’investit dans ce projet, c’est qu’il concerne un public majeur dans son développement. "Les femmes sont le pilier de notre communauté, il n’y a pas de développement sociétal sans les femmes", s’est félicité Abdou Kadiri, directeur général de Coca-Cola Maroc. "La journée internationale de la femme n’est pas une simple date de plus sur notre calendrier, c’est un symbole. On entend beaucoup parler de Coca en tant que marque, mais c’est aussi un acteur engagé au service de son environnement", a-t-il fait valoir.

Dans le projet, Coca finance l’apport matériel et humain, et également un transfert de connaissances et de savoir-faire. Les deux coopératives ciblées bénéficient d’un accompagnement à travers le conseil, la formation et le renforcement des compétences ainsi que la fourniture d’équipements pour les aider à développer des activités agro écologiques.

LIRE AUSSI: