TUNISIE
09/03/2018 12h:50 CET | Actualisé 09/03/2018 13h:00 CET

Lancement d'une campagne nationale de dépistage du sida en Tunisie

A nurse (L) hands out a red ribbon to a woman, to mark World Aids Day, at the entrance of Emilio Ribas Hospital, in Sao Paulo December 1, 2014. The world has finally reached "the beginning of the end" of the AIDS pandemic that has infected and killed millions in the past 30 years, according to a leading campaign group fighting HIV. United Nations data show that in 2013, 35 million people were living with HIV, 2.1 million people were newly infected with the virus and some 1.5 million people died of AIDS. By far the greatest part of the HIV/AIDS burden is in sub-Saharan Africa. REUTERS/Nacho Doce (BRAZIL - Tags: HEALTH SOCIETY)
Nacho Doce / Reuters
A nurse (L) hands out a red ribbon to a woman, to mark World Aids Day, at the entrance of Emilio Ribas Hospital, in Sao Paulo December 1, 2014. The world has finally reached "the beginning of the end" of the AIDS pandemic that has infected and killed millions in the past 30 years, according to a leading campaign group fighting HIV. United Nations data show that in 2013, 35 million people were living with HIV, 2.1 million people were newly infected with the virus and some 1.5 million people died of AIDS. By far the greatest part of the HIV/AIDS burden is in sub-Saharan Africa. REUTERS/Nacho Doce (BRAZIL - Tags: HEALTH SOCIETY)

Dans le cadre d'une campagne nationale de dépistage du sida, environ 25 centres d’orientation et de dépistage gratuit et anonyme sont répartis sur les différentes régions du pays. Ils sont chargés de sensibiliser la population, notamment les plus jeunes, à la nécessité de se prémunir du virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Cette campagne, qui vise à se rapprocher de la population et de l'informer de la disponibilité d’un traitement adéquat gratuit, se poursuit jusqu'au mois de mars dans différents établissements de santé. Des journées portes ouvertes et des séances sur les méthodes de prévention contre cette maladie seront organisées.

L'association Tunisienne de Lutte contre les MST et le SIDA ATL a révélé qu'une moyenne de 130 nouveaux cas par an sont détectés sur les 5 dernières années. Il y a eu 164 nouvelles contaminations en 2016 dont 108 hommes et 56 femmes, et ce sans compter les cas non-déclarés.

Le nombre des personnes vivant avec le VIH/sida s’élève, en Tunisie, à 1830 jusqu’au 31 octobre 2017, sur un ensemble de 2475 cas déclarés depuis 1985, date d’apparition du 1er cas porteur de ce virus en Tunisie, a révélé la coordinatrice du programme nationale de lutte contre le sida et des maladies sexuellement transmissibles au ministère de la Santé, Hayet Hamdouni.

S’appuyant sur les estimations du programme des Nations Unies de lutte contre le Sida, la responsable au ministère de la santé a indiqué que le nombre des cas déclarés ne représente que 60% du nombre réel des personnes vivant avec le sida en Tunisie.

Plus alarmant encore, Bilel Mahjoub, directeur exécutive de ATL MST SIDA, évoque une rupture de stock des préservatifs, premier moyen de prévention contre la contamination par voie sexuelle, et du test de dépistage du VIH au niveau de la pharmacie centrale.

28 ONG tunisiennes qui forment le Collectif pour les libertés individuelles ont tiré la sonnette d'alarme quant aux défaillances de la prévention et de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Tunisie.

Ces associations signataires exigent notamment des réformes législatives profondes en la matière. Ceci passe notamment par l'intégration de l'approche droits-humains et la spécificité des femmes, des enfants, des personnes vivant avec un handicap et des populations clés dans la loi de 1992 relative aux maladies transmissibles. Le Collectif revendique la dépénalisation aussi des populations clés y compris les personnes LGBTQI++, les travailleurs et les travailleuses du sexe, les usagers de drogues, etc.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.