MAROC
09/03/2018 07h:36 CET

Syrie: Un convoi humanitaire entre dans la Ghouta orientale

Des enfants regardent passer un convoi d'aide humanitaire du Croissant Rouge syrien dans la ville assiégée de Douma, Ghouta orientale, Damas, Syrie, le 5 mars 2018.
Bassam Khabieh / Reuters
Des enfants regardent passer un convoi d'aide humanitaire du Croissant Rouge syrien dans la ville assiégée de Douma, Ghouta orientale, Damas, Syrie, le 5 mars 2018.

CONFLIT SYRIEN - Un convoi humanitaire a pu accéder vendredi à l'enclave rebelle dans la Ghouta orientale en Syrie, afin de venir en aide aux habitants plongés dans les violences, a indiqué le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

La porte-parole du CICR, Ingy Sedky, a précisé que treize camions chargés d'aide humanitaire, n'incluant pas de matériel médical, se trouvent à l'intérieur du fief rebelle, soulignant que "nos équipes vont livrer l'aide qui n'avait pas été distribuée le 5 mars" en raison des bombardements.

La livraison d'une aide plus importante, comprenant du matériel médical notamment, peut avoir lieu la semaine prochaine, selon la porte-parole du CICR.

"Sous les bombardements", 247 tonnes d'aides médicales et alimentaires ont été distribuées à la ville de Douma, après l'arrivée d'un convoi conjoint de l'ONU, du CICR et du Croissant-Rouge syrien lundi dans l'enclave assiégée. Cependant, "l'ONU et ses partenaires n'ont pas pu retourner à Douma car le convoi n'a pas été autorisé par les autorités syriennes pour des raisons de sécurité", avait indiqué Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des affaires de l'ONU (Ocha), à Genève.

Depuis le lancement de l'offensive terrestre dans l'enclave rebelle, assiégée depuis 2013, les habitants de la Ghouta orientale ont vécu vendredi une première nuit calme. "Il n'y a pas eu de raids aériens ni de tirs d'artillerie depuis 02h00 locales (00h00), le calme règne à l'exception de tirs sporadiques dans les secteurs qui avaient connu des combats", a affirmé le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Depuis le 27 février, les belligérants sont appelés à respecter une pause humanitaire de 5 heures, ordonnée par la Russie. De nouveaux "couloirs humanitaires" sont ouverts depuis jeudi, sans enregistrer aucune sortie de civils, ont indiqué les médias officiels syriens.

LIRE AUSSI: