TUNISIE
09/03/2018 08h:12 CET | Actualisé 09/03/2018 08h:16 CET

La production et le transport du Phosphate reprend progressivement, le Conseil des ministres s'en réjouit

A bulldozer works at a phosphate mines in Metlaoui, Tunisia April 6, 2012. Phosphate production at Tunisia's Metaloui partially resumed on Sunday and shipments restarted after protesters agreed to temporarily end their sit-in over job demands, the company said. Metaloui, which produces around 60 percent of Tunisia's phosphate output, has been closed by weeks of protests by local youths demanding employment and economic opportunities. Other plants in the south of the country have also been affect
Zoubeir Souissi / Reuters
A bulldozer works at a phosphate mines in Metlaoui, Tunisia April 6, 2012. Phosphate production at Tunisia's Metaloui partially resumed on Sunday and shipments restarted after protesters agreed to temporarily end their sit-in over job demands, the company said. Metaloui, which produces around 60 percent of Tunisia's phosphate output, has been closed by weeks of protests by local youths demanding employment and economic opportunities. Other plants in the south of the country have also been affect

Le conseil des ministres, tenu jeudi, a accueilli avec satisfaction le retour progressif de la production et du transport de phosphate dans le bassin minier, "ce qui marque une reprise des activités de la compagnie", rapporte un communiqué de la présidence du gouvernement.

Le conseil, présidé par Youssef Chahed à Dar Dhiafa à Carthage, a réaffirmé la détermination du gouvernement à tenir ses engagements envers le gouvernorat de Gafsa, concernant l'accélération du rythme de développement au plan économique, social et de l'emploi, avec une approche fondée sur la discrimination positive et l'instauration d'une nouvelle relation entre la compagnie et son environnement social, souligne le communiqué.

Il a convenu à cet égard de tenir un conseil régional sur le développement dans la région la semaine prochaine présidé par le ministre des fiances, indique-t-on de même source.

Le conseil des ministres a adopté, d'autre part, trois projets de loi. Le premier porte sur la clôture du budget de l'Etat de 2015, le deuxième sur l'approbation d'un accord d'emprunt signé le 25 janvier 2018 entre la république tunisienne et la Banque Africaine du Développement (BAD) pour consolider la liaison routière au nord est, et le troisième sur la protection des données personnelles.

Il a adopté également trois projets de décrets gouvernementaux. Le premier concerne la création de la fonction d'intermédiaire administratif militaire au sein du ministère de la défense nationale, le deuxième porte sur la création du centre international de la culture et des arts "Kasr Abdellia" et le troisième sur le parachèvement de décret numéro 2520 de 2013 portant création du "centre culturel international de Hammamet, la maison méditerranéenne de la culture et des arts".

Le conseil a adopté par ailleurs un projet de décret gouvernemental sur la création de l'hôpital local de Jomine, d'un projet de décret gouvernemental sur la création d'un hôpital local à Cherarda, d'un autre décret de révision partielle des dispositions du décret numéro 499 de 2010 portant sur l'expropriation pour utilité publique d'un lot de terrain sis dans le gouvernorat de Gabes nécessaire à la construction de l'autoroute Sfax-Gabès et d'un projet de décret gouvernemental sur l'expropriation pour utilité publique d'un lot de terrain dans le gouvernorat de Sfax nécessaire au doublement du GP1 entre Tina et Maharès. Il a approuvé enfin un projet de décret gouvernemental portant sur l'adoption de cession au dinar symbolique d'un lot de terrain sis à Wadi Mliz dans le gouvernorat de Jendouba.

L'importation du Phosphate a été envisagée

Avec la crise que connait la production de phosphate en Tunisie, le PDG de la compagnie des Phosphates de Gafsa, Romdhane Souid, s'était prononcé mardi dernier sur Mosaique FM, affirmant qu" 'Il est probable qu'on soit obligé d'importer du Phosphate, et la question est en train d'être étudiée".

Souid avait alors ajouté que "C'est une honte qu'un pays exportateur de phosphate depuis plus d'un siècle, envisage aujourd'hui de l'importer".

Mais après l’arrêt de la production et sa baisse de plus de 50% au cours des 7 dernières années, le ministre de l'Énergie, des mines et des énergies renouvelables, Khaled Kaddour, avait affirmé qu’il n’était plus permis d’entraver la production quelles qu'en soient les justifications.

Youssef Chahed prend les choses en main

La présidence du gouvernement a de son côté annoncé avoir décidé de suspendre toutes les propositions d'emploi aux centres de production de phosphate à l'arrêt et de geler tous les programmes de recrutement élaborés par la Compagnie de Phosphate Gafsa (CPG) ou ceux qu'elle compte entreprendre tout en suspendant les résultats des concours jusqu'à la reprise normale de la production et du transport du phosphate.

Il a été décidé, par ailleurs, de “charger les parties concernées de déterminer les responsabilités et le ministre de la Justice d'entreprendre les mesures immédiates pour des poursuites judiciaires à l'encontre de tous ceux qui violent la loi et entravent délibérément la production et le transport du phosphate".

Ces décisions interviennent après l’échec des négociations entre l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) et les sit-inneurs de Gafsa, le 1er mars 2018. Pour faire face à l’impasse, l’UGTT a choisi de remettre le dossier entre les mains du gouvernement.

La production de phosphate s'est arrêtée depuis plusieurs semaines suite à un mouvement social revendiquant plus d'emplois dans le bassin minier, ce qui risque d'aggraver les pertes subies par la compagnie et aura, selon des observateurs, des conséquences sérieuses sur les finances publiques pour un secteur pourvoyeur en devises.

LIRE AUSSI

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.