TUNISIE
09/03/2018 05h:46 CET

Rencontre Donald Trump - Kim Jong Un: 70 ans de tensions américano-coréennes en 3 infographies

INTERNATIONAL - C'est un rebondissement spectaculaire dans un des conflits les plus épineux du globe. Les Etats-Unis et la Corée du Nord, qui ont entériné jeudi 8 mars le principe d'une rencontre entre Donald Trump et Kim Jong Un, ont connu depuis la guerre de Corée des relations marquées par de très vives tensions entrecoupées de courtes périodes de dégel.

Dans une brève allocution devant la West Wing de la Maison Blanche, à la nuit tombée, Chung Eui-yong, conseiller national sud-coréen à la Sécurité, a annoncé que Donald Trump avait accepté l'invitation pour ce sommet historique. Le leader nord-coréen "a fait part de son désir de rencontrer le président Trump le plus vite possible", a-t-il dit. "Le président Trump a apprécié le compte-rendu et a dit qu'il rencontrerait Kim Jong Un d'ici fin mai pour parvenir à la dénucléarisation permanente", a-t-il ajouté.

dim1

Ce rebondissement, impensable il y a quelques semaines, intervient après deux années compliquées entre Washington et Pyongyang, en raison notamment du programmes nucléaire et balistique nord-coréens. Cette initiative serait historique, puisqu'en 70 ans de tensions, aucun président américain en exercice n'a rencontré le leader nord-coréen.

  • La péninsule coréenne divisée

En 1945, l'occupation nippone de la péninsule coréenne prend fin avec la défaite du Japon à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. La Corée est divisée selon le 38e parallèle entre un Nord soutenu par les Soviétiques sous le règne de Kim Il Sung et un Sud protégé par les Etats-Unis.

En juin 1950, la Corée du Nord envahit le Sud, avec le soutien de la Chine et de l'URSS. Une coalition emmenée par les Etats-Unis reprend Séoul. En juillet 1953, un armistice, jamais transformé en accord de paix, est signé et Washington impose des sanctions à la Corée du Nord ainsi que les frontières actuelles comme le montre cette infographie de Courrier International

dim

  • Crise du "navire espion":

En janvier 1968, le USS Pueblo, un "navire espion" américain, est capturé par la Corée du Nord. Après onze mois de détention, les 83 membres d'équipage américains sont libérés. Selon Pyongyang, le navire avait violé ses eaux territoriales, ce que les Etats-Unis ont nié.

En 1969, Pyongyang abat un avion de reconnaissance américain.

  • Contacts

En juin 1994, l'ex-président américain Jimmy Carter effectue un voyage inédit en Corée du Nord. En octobre, trois mois après le décès de Kim Il Sung auquel succède son fils Kim Jong Il, Pyongyang et Washington signent un accord bilatéral. La Corée du Nord s'engage à geler et démanteler son programme nucléaire militaire en échange de la construction de réacteurs civils.

En 1999, un an après le premier tir de missile balistique à longue portée, Kim Jong Il décrète un moratoire sur les essais de missiles. Washington allège ses sanctions. En octobre 2000, la secrétaire d'Etat Madeleine Albright rencontre Kim Jong Il à Pyongyang.

  • "Axe du mal"

En janvier 2002, le président américain George W. Bush qualifie la Corée du Nord, avec l'Irak et l'Iran, d'"axe du mal". En octobre, Washington accuse Pyongyang de conduire un programme secret d'uranium hautement enrichi, violant ainsi l'accord de 1994.

En août 2004, la Corée du Nord déclare qu'il lui est "impossible" de participer à de nouvelles négociations sur son programme nucléaire avec les Etats-Unis, traitant le président Bush de "tyran" pire qu'Hitler et d'"imbécile politique". En 2006, Pyongyang lance son premier essai nucléaire.

  • Retiré de la liste noire

En octobre 2008, les Etats-Unis retirent la Corée du Nord de leur liste des Etats soutenant le terrorisme en échange du contrôle de "toutes les installations nucléaires" du régime communiste. Pyongyang figurait depuis 1988 sur cette liste noire en raison de son implication présumée dans la destruction d'un avion de ligne sud-coréen en 1987 ayant fait 115 morts.

  • Américains détenus

En janvier 2016, un étudiant américain, Otto Warmbier, est arrêté puis condamné à 15 ans de travaux forcés pour le vol d'une affiche de propagande. Il est décédé en juin 2017, une semaine après avoir été rapatrié dans le coma. Plusieurs Américains ont été emprisonnés des années avant de recouvrer la liberté. Trois Américains sont toujours détenus.

  • Trump contre Kim

Le 2 janvier 2017, Donald Trump affirme que la Corée du Nord ne sera jamais en mesure de développer une "arme nucléaire capable d'atteindre le territoire américain". En juillet, Pyongyang procède à deux tirs de missile intercontinental: "Tout le territoire américain est à notre portée", déclare Kim Jong, fils cadet de Kim Jong Il, qui a succédé à son père son décès en décembre 2011.

Le 8 août, Donald Trump promet le "feu et la colère" sur le Nord, trois semaines avant que Pyongyang envoie un missile balistique au-dessus du Japon. Le 3 septembre, les Nord-Coréens réalisent leur sixième essai nucléaire, affirmant avoir testé une bombe H.

Après avoir menacé devant l'ONU de "détruire totalement" la Corée du Nord et qualifié son dirigeant d'"Homme-fusée" embarqué dans une "mission suicide", Trump fait voler le 23 septembre des bombardiers américains près des côtes nord-coréennes. Une réponse à l'éventualité émise par Pyongyang d'un essai nucléaire dans le Pacifique. Réplique immédiate de la Corée du Nord qui menace d'abattre les avions à l'avenir et accuse Donald Trump de lui avoir "déclaré la guerre".

kim

Le 26, Washington sanctionne 8 banques nord-coréennes et 26 ressortissants accusés d'alimenter financièrement le développement du programme nucléaire de la Corée du Nord.

  • Invitation historique

En février 2018, les Jeux d'hiver de Pyeongchang (Corée du sud) marquent un rapprochement soudain des deux Corées et des émissaires des deux pays se rencontrent à Pyongyang. Le conseiller à la sécurité de la présidence sud-coréenne, Chung Eui-yong, Kim Jong Un évoque la possibilité d'un "dialogue franc" avec les Etats-Unis pour discuter de la dénucléarisation et assure qu'il suspendra tout essai nucléaire ou de missile pendant ces discussions.

Le 8 mars, lors d'une visite à la Maison Blanche, Chung annonce que Kim Jong Un a invité le président Trump à une rencontre d'ici mai. La présidence américaine confirme que Donald Trump a accepté cette invitation, tout en assurant que le régime de sanctions maximales mis en place depuis son investiture resteraient en place.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.