TUNISIE
09/03/2018 09h:09 CET

Les films tunisiens "Vent du Nord" et "Benzine" en compétition au Festival International du Film d'Aubagne

Deux films "Vent du Nord" de Walid Mattar et "Benzine" seront en compétition officielle pour le prix du meilleur long métrage au Festival International du Film d'Aubagne, en France (FIFA) du 19 au 24 mars 2018.

L'originalité du festival réside dans sa focalisation sur la création sonore et musicale pour l'image et les créations cinématographiques novices.

Le film "Benzine" ("Essence" en arabe) de Sarra Abidi, dont la dramaturgie linéaire s'apparente à un documentaire, décrit l'autre face du drame de l'immigration clandestine à travers la vie en sursis d'une famille ébranlée par le départ inopiné de leur enfant.

La réalisatrice retrace l'histoire de deux parents, interprétés par Ali Yahyaoui et Sondos Belhassen, qui n'ont plus de nouvelles de leur fils, un diplômé en informatique, qui a pris la mer un certain 18 janvier 2011, vers l'Europe.

Bouleversés par ce départ dont ils ignorent le dénouement, les parents demeurent dans le désarroi total, vouent leur vie à la recherche de leur enfant perdu. Il y a ainsi un avant et un après ce départ. Leur vie est devenue une désespérée quête d'un fil d'espoir, aussi mince soit-il, auquel ils essayent de s'accrocher pour pourvoir continuer à espérer. Cette vie vouée à cette difficile recherche, n'en est plus une. Tout a désormais un goût amer, tout tourne autour de leur fils dans un enchevêtrement brûlant entre attente, tristesse, colère, espérance.

Derrière cette tragédie familiale, la réalisatrice dessine la misère de ces contrées reculées, où les jeunes comme les grands crèvent à petit feu.

LIRE AUSSI: On a regardé pour vous "Benzine" de Sarra Abidi: Les familles, ces autres victimes de la migration clandestine

Bande-annonce de "Benzine"

"Vent du Nord" dépeint les histoires de Hervé, un ouvrier français perd son emploi après la délocalisation de son entreprise en Tunisie et Foued, joué par Mohamed Amine Hamzaoui, sera embauché pour occuper le même poste d'Hervé. Sa tâche répétitive dans ce poste est aussi monotone que sa vie, mais il s'accroche, se bat, animé par l'amour de sa mère et d'une ouvrière à l'usine, jouée par Abir Banani.

Hervé, joué par Philipe Rebbot, se bat aussi, porté par la persévérance de sa femme et l'effervescence de son fils. Il ne croise pas les bras, essaye de rebondir après avoir été dévasté par un chômage imposé, il monte avec son fils un projet de pêche.

Les ambitions simples de Hervé et de Foued seront vite rattrapées par la loi pour l'un et par le non-droit pour l'autre.

LIRE AUSSI: Le film "Vent du Nord" de Walid Mattar: Quand "l'Eldorado" européen devient l'ultime chimère

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.