ALGÉRIE
06/03/2018 11h:00 CET

Souad Chatta, artiste photographe, capte le moment "furtif" de la vie quotidienne

Souad Chatta

Comme un carnet de voyage, Souad Chatta artiste photographe, dévoile sa première exposition à la veille du 8 mars dans un espace d’activité culturelle à Alger-Centre. Des clichés qui racontent ses pérégrinations à travers le monde.

Pour cette première exposition, Souad a voulu rendre hommage à son compagnon de toujours: son objectif. Le fil conducteur de cette première exposition qui met en valeur des scènes de vie, est l’exploration du rapport émotionnel entre le photographe et son objectif.

w

"Dans le langage photographique, la focale est la distance que le photographe prend pour capter le moment opportun. Certains photographes passent une vie entière à chercher la bonne distance. Cet instant furtif est néanmoins chargé d’émotion, et à travers les photos exposées aujourd’hui j’ai tenté d’immortaliser cette émotion" explique Souad.

Les treize photos exposées ont été choisi parmi plus de 500 autres pris dans de nombreux pays que l’artiste a visités. Elle cite La Cappadoce, Abu Dabi, Dubaï, Istanbul et bien d’autres destinations. Elle opte pour la couleur car elle estime que l’émotion a de nombreuses nuances. Des photos également sans retouches pour ne rien fausser.

a

Le travail de Souad est un travail "urbain". C’est dans la rue que son travail artistique prend tout son sens, car elle trouve son inspiration dans la simplicité des scènes de vie. "Je compose avec les surfaces, les formes, les lignes, et les valeurs que l’œil décide de découper pour que l’appareil les imprime", souligne Souad.

Humblement elle se dit photographe amatrice, et pourtant elle prend des photos depuis l’âge de 8 ans. À 14 ans, ses parents lui aménagent une chambre noire dans leur salle de bain et commencent alors à développer ses propres photos. Il est indéniable que l'artiste en herbe était destinée à devenir une artiste accomplie, mais la vie en a décidé autrement.

a

"Ce n’est qu’en 2016 que j’ai repris la photographie. J’ai pendant longtemps ranger mon matériel pour me consacrer à autre chose notamment ma carrière d’enseignante. Mais je savais que cette pause est momentanée", confie Souad.

En 2016, Souad décide de reprendre son appareil, et cette fois-ci avec un regard professionnel. Aidé par son ami l’artiste photographe, Lamine Bensaou, Souad est déterminée à retrouver son premier métier : la photographie. Elle acquit durant cette formation les techniques nécessaires pour faire de la photographie d’art.

a

Pour donner de la visibilité à son travail, Souad partage ses photos sur les réseaux sociaux, même si de cette façon elle s’expose au vol d’image, ou encore leur reprise sans signatures.

Parmi les photos exposées une seule est prise à Alger, près de la grande poste lors d’un tournage. Pourtant elle en possède des milliers réalisés dans chaque coin et recoin de la capitale ainsi que dans d’autres villes d’Algérie. Souad se désole pour toutes les difficultés qu’elle rencontre pour prendre des photos à Alger. "Nous ne sommes pas autorisés à prendre des photos, parfois je me cache pour le faire de peur qu’un policier vienne me saisir mon appareil. Il n’y a aucune loi qui autorise ou interdise l’acte de prendre des photos, ce qui me contraint personnellement à en exposer", dit-elle.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.