MAROC
06/03/2018 11h:59 CET | Actualisé 06/03/2018 12h:46 CET

À Marrakech, Nawal El Moutawakel plaide pour davantage de femmes dans le foot africain

Nawal El Moutawakel, présidente de la commission de coordination des Jeux olympiques de Rio 2016, lors d'une visite à l'Arena da Amazonas Stadium, Manaus, Brésil, 7 août 2015.
Bruno Kelly / Reuters
Nawal El Moutawakel, présidente de la commission de coordination des Jeux olympiques de Rio 2016, lors d'une visite à l'Arena da Amazonas Stadium, Manaus, Brésil, 7 août 2015.

FOOTBALL - La présidente de la commission du football féminin à la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Nawal El Moutawakel, a plaidé, mardi 6 mars à Marrakech, pour le renforcement de la place de la femme dans les sports en Afrique, notamment le football.

"La femme africaine se trouve confrontée à une série de défis dans divers domaines en tant qu'entraîneuse, joueuse ou cadre sportif, d’où l’impératif de les relever et de tirer profit de cette forte volonté des responsables de la Confédération africaine de football (CAF) à aller de l’avant pour améliorer le niveau et la qualité du football féminin dans le continent", a déclaré à la presse Nawal El Moutawakel, en marge du symposium de la CAF sur le football féminin organisé du 5 au 7 mars dans la ville ocre.

Consolider les infrastructures

"Ce défi majeur requiert la consolidation des infrastructures, le renforcement du cadre juridique, l'amélioration de la gouvernance et davantage d’investissements en vue de développer cette discipline sportive et la hisser au même niveau que celle pratiquée en Europe", a-t-elle jugé.

Sur un autre registre, l'ancienne athlète, qui avait remporté la médaille d'or du premier 400m haies féminin de l'histoire des Jeux Olympiques en 1984, a souligné que ce symposium, le premier à l’échelle africaine, "se veut la concrétisation de la forte détermination du président de la FRMF, Faouzi Lekjaa, et du président de la CAF, Ahmad Ahmad, qui ont placé la femme africaine au cœur de leurs préoccupations".

Nawal Moutawakel a enfin émis le vœu de voir ce conclave déboucher sur une série de recommandations pratiques, "à même de booster la pratique de cette discipline chez les femmes à l’échelon continental".

"Le football féminin doit rattraper son retard"

De son côté, le président de la CAF, Ahmad Ahmad, a rappelé dimanche 4 mars que le continent africain comptait "plus ou moins 62.000 pratiquantes" de football. "Dans ce chiffre, tout de même intéressant, il faudra inclure les scolaires et les universitaires dont les compétitions sont autonomes mais irrégulières", a-t-il souligné.

"L'école et l'université, voilà les deux pôles sur lesquels nous devons insister pour populariser la pratique du football parmi les jeunes filles, susciter le désir d’aller vers des clubs, des associations, et des organisations officielles", a ajouté le responsable sportif, estimant que "c'est dans ce cadre que nous devrons militer pour créer l’opportunité de favoriser leur intégration et leur offrir des conditions suffisantes à la pratique régulière".

"Le football féminin doit rattraper son retard, mieux s’organiser, disposer de moyens accrus et populariser sa pratique", a-t-il encore indiqué.

Co-organisé par la CAF et la FRMF sous le thème "Relevons le défi", ce symposium vise à élaborer "une nouvelle voie" pour le développement du football féminin en Afrique.

Les présidents de plusieurs fédérations africaines et des personnalités sportives marocaines et étrangères étaient présents ce mardi pour débattre de diverses thématiques, notamment des contraintes qui entravent le développement du football féminin sur le continent et des moyens d'y faire face.

LIRE AUSSI: