TUNISIE
06/03/2018 05h:08 CET

Gafsa: Le ministère public ordonne l'ouverture d'informations judiciaires concernant l'entrave de la production de Phosphate

Protesters are seen near a train station during a blockade of phosphate transported by rail from the Redayef mine, in Redayef, Tunisia October 16, 2016. Picture taken October 16, 2016.  To match Insight TUNISIA-POLITICS/ REUTERS/Zoubeir Souissi
Zoubeir Souissi / Reuters
Protesters are seen near a train station during a blockade of phosphate transported by rail from the Redayef mine, in Redayef, Tunisia October 16, 2016. Picture taken October 16, 2016. To match Insight TUNISIA-POLITICS/ REUTERS/Zoubeir Souissi

Le ministère public à Gafsa a ordonné, lundi, l’ouverture d’informations judiciaires sur les causes de l’entrave de la production à la Compagnie des Phosphates de Gafsa (CPG).

Cette décision a été prise sur fond de plaintes déposées par la CPG contre des groupes qui œuvrent à entraver la production et le transport du phosphate dans les unités de Metaloui, Mdhila, Om Larayes et Redeyef, a indiqué le procureur de la République auprès du tribunal de première instance à Gafsa à la correspondante de TAP, ajoutant que les enquêtes judiciaires seront menées par l’unité nationale des enquêtes d’El Gorjani.

Des sit-ins sont tenus depuis le 20 janvier dernier dans les différentes unités de production de la CPG pour protester contre les résultats d’un concours oragnisé par la Compagnie pour recruter 1700 personnes.

Un conseil ministériel restreint, présidé samedi à la Kasbah par le chef du gouvernement Youssef Chahed, a décidé de suspendre toutes les propositions d'emploi aux centres de production de phosphate à l'arrêt et de geler tous les programmes de recrutement élaborés par la Compagnie de Phosphate Gafsa ou ceux qu'elle compte entreprendre tout en suspendant les résultats des concours jusqu'à la reprise normale de la production et du transport du phosphate.

Il a chargé le ministre de la Justice d'entreprendre les mesures immédiates pour des poursuites judiciaires à l'encontre de tous ceux qui violent la loi et entravent délibérément la production et le transport du phosphate.

Ces décisions interviennent, en effet, après l’échec des négociations entre l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) et les sit-inneurs de Gafsa, le 1er mars 2018. Pour faire face à l’impasse, l’UGTT a choisi de remettre le dossier entre les mains du gouvernement.

La production de phosphate s'est arrêtée depuis plusieurs semaines suite à un mouvement social revendiquant plus d'emplois dans le bassin minier, ce qui risque d'aggraver les pertes subies par la compagnie et aura, selon des observateurs, des conséquences sérieuses sur les finances publiques pour un secteur pourvoyeur en devises.

Selon Express Fm, l’activité de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), a repris, depuis dimanche après-midi, à Om Laârayes, seulement.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.