TUNISIE
06/03/2018 04h:07 CET

"Maqâm Roads", quand le violoniste tunisien Zied Zouari explore de nouvelles voies pour le maqâm

Avec son violon et son alto, le jeune tunisien Zied Zouari fait naître à travers son projet “Maqâm Roads” les réminiscences d’un chant ancestral aux rythmes contemporains. Un voyage artistique qui mêle, en effet, une multitudes de traditions musicales orientales comme le Gnawa marocain, le Tba’ tunisien, ou encore le Raga indien.

Le maqâm, cette musique arabo-orientale qui a vu son apparition initialement au Moyen-Orient apparaît comme un fil conducteur permettant de faire dialoguer différentes traditions musicales allant du Maghreb à l’extrême Orient, a expliqué Zied dans une interview accordée au journal de TV5 Monde.

“Ce maqâm m'a bercé quand j'étais tout petit à Tunis” a lancé Zied. Imbibés de musique orientale, ses oeuvres sont, par ailleurs, la résultante de ses différentes rencontres depuis 2006 avec des maîtres de la musique notamment le célèbre violoniste Indien L. Subramaniam et le violoniste de jazz français Didier Lockwood. “Ces artistes m’ont profondément inspiré et m’ont surtout ouvert la voie, et regarder avec le recul, comment je pourrais transporter le maqâm de sa dimension peu conventionnelle à une dimension plus exportatrice” a-t-il précisé.

En métissant les rythmes contemporains, Zied a indiqué que dans son projet, le maqâm est quand même resté fidèle à son identité. “Il y’a une spécificité locale dans cette musique que j’essaie de tenir compte en permanence” a-t-il répliqué.

Dans son projet audacieux, l’artiste s’entoure de l’arménien Julien Tekeyan à la batterie et aux percussions, et le turc Aburrahman Tarikci à la basse, au Saz et au chant. Une alchimie rare qui met en relief la richesse du patrimoine musical présenté dans “Maqâm roads” et d’établir cet échange entre les différentes traditions musicales.

Le trio envisage, par ailleurs, d’entamer des tournées partout dans le monde pour son album. De l’Amérique du Nord, au Maghreb en passant par la France, Zied compte transporter son public dans les divers univers musicaux du Maqâm. “En Tunisie, on pense être présent lors de l’inauguration de la Cité de la Culture” a-t-il précisé.

"Maqâm Roads" n'est autre qu'un voyage à travers le temps et l'espace entre la splendeur de l’Orient, les douleurs de l’Afrique, la mélancolie du Jazz, le tout teinté d’une couleur indienne omniprésente.

Né dans une famille de musiciens, Zied Zouari a commencé à jouer du violon à un âge très précoce. À 32 ans, il a déjà un beau palmarès à son actif, avec notamment le premier prix des enfants interprètes à Tunis en 1996 et la médaille d’or au festival des enfants créateurs en Tunisie (1997) et à la première rencontre des enfants arabes à Dubai (1998).

S’installant à Paris en 2006, Zied a enchaîné les tournées internationales depuis 2010. Il a côtoyé, d’ailleurs, de grands artistes et musiciens tels que Wadii Essafi, Sylvain Luc, Nizar Rohana, Manu Théron, Dionysos Papasterios et Emel Mathlouthi.

Grâce à son talent et sa passion pour la musique, Zied est considéré aujourd’hui comme l’un des premiers artistes arabes de sa génération à dessiner l’évolution du langage violonistique arabe contemporain en développant une approche personnelle allant des musiques sources (musique classique arabe, traditions afro-arabe, aire musicale arabo-turque) vers le jazz et les musiques du monde.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.