TUNISIE
05/03/2018 08h:23 CET

Chahed prend le dossier du bassin minier en main: Gel du recrutement et poursuites judiciaires à l'encontre de tous ceux qui entravent la production

Facebook

Le gouvernement Chahed a-t-il sifflé la fin de la récréation concernant le blocage de la production de phosphate dans le bassin minier? Après plusieurs médiations qui se sont révélées vaines, le gouvernement Chahed s'est vu dans l'obligation de prendre le dossier en main. Il vient, en effet, de rappeler les protestataires à l'ordre. Une batterie de mesures fermes a été prise lors d’un conseil ministériel, présidé samedi à la Kasbah par le chef du gouvernement Youssef Chahed.

Dans un communiqué rendu public, la présidence du gouvernement annonce avoir décidé de suspendre toutes les propositions d'emploi aux centres de production de phosphate à l'arrêt et de geler tous les programmes de recrutement élaborés par la Compagnie de Phosphate Gafsa (CPG) ou ceux qu'elle compte entreprendre tout en suspendant les résultats des concours jusqu'à la reprise normale de la production et du transport du phosphate.

Il a été décidé, par ailleurs, de “charger les parties concernées de déterminer les responsabilités et le ministre de la Justice d'entreprendre les mesures immédiates pour des poursuites judiciaires à l'encontre de tous ceux qui violent la loi et entravent délibérément la production et le transport du phosphate".

"Le droit à la protestation sociale est garantit tant qu'il est exercé dans le cadre légal, mais l'entrave à l'activité d'un service public et l'usage de la force pour arrêter le travail est un acte punissable par la loi, suite à l'arrêt de production du phosphate et de son transport (...)", souligne le communiqué.

Le gouvernement, soucieux de protéger les droits et les libertés garantis par la constitution, est aussi soucieux pour prendre toutes les décisions afin de faire prévaloir la loi et l'intérêt national supérieur, ajoute le communiqué.

Le conseil ministériel restreint a réitéré "l'engagement du gouvernement à accélérer le rythme de développement et diversifier la base économique du gouvernorat de Gafsa en mettant en œuvre tous les programmes de développement, en étudiant et mettant en vigueur de nouveaux projets de développement au profit du gouvernorat dont le ministre des finances est chargé d'en assurer le suivi".

Ces décisions interviennent, en effet, après l’échec des négociations entre l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) et les sit-inneurs de Gafsa, le 1er mars 2018. Pour faire face à l’impasse, l’UGTT a choisi de remettre le dossier entre les mains du gouvernement.

La production de phosphate s'est arrêtée depuis plusieurs semaines suite à un mouvement social revendiquant plus d'emplois dans le bassin minier, ce qui risque d'aggraver les pertes subies par la compagnie et aura, selon des observateurs, des conséquences sérieuses sur les finances publiques pour un secteur pourvoyeur en devises.

Selon Express Fm, l’activité de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), a repris, depuis dimanche après-midi, à Om Laârayes, seulement.

LIRE AUSSI: Il y a une forte probabilité de recourir à l'importation de Phosphate, selon le PDG de la Compagnie des Phosphates de Gafsa

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.