MAROC
06/03/2018 07h:59 CET | Actualisé 06/03/2018 10h:25 CET

Shrout, le nouveau label de mode marocain qui va emballer les fans de vintage

Shrout Clothing

STYLE - Marre des marques de prêt-à porter trop mainstream? De voir les mêmes items circuler sur Instagram, dans les vitrines des magasins, chez vos amis? Voici un concept qui pourrait vous réjouir. Fondé par deux Casablancaises passionnées de mode, "Shrout" (prononcez "chraout") est le nouveau label qui nous réconcilie avec le vintage, en proposant une sélection pointue de pièces uniques, à petits prix.

shrout clothing

Le summum du cool serait-il de porter des pièces des années 70, 80 ou 90? C'est en tout cas le défi qu'ont choisi de relever Chama Tahiri et Myriam Marine Laalaj, en développant un label dédié aux vêtements et accessoires de mode chinés et tout droit venus des décennies passées, pour illuminer nos dressings d'une touche décalée et terriblement stylée.

"Shrout" a un double sens. Si le mot signifie "super cool" ou "génial" dans le dictionnaire urbain américain, en arabe dialectal, il a une connotation un peu négative puisqu'il désigne des "haillons". Une connotation parfaitement assumée par les fondatrices, qui cherchent justement à jouer de ce double sens pour créer un concept décalé.

J'ai personnellement toujours aimé les fringues et quand j'étais petite on me disait 'baraka men shrout'. Le nom a donc été une évidence", s'amuse Chama Tahiri.

"Au gré de mes voyages à Paris, Londres, Montréal, New York et à travers un patrimoine familial, nous avons chacune constitué une collection personnelle de vêtements et d'accessoires. Au fil des années, le vintage est devenu une vraie passion, un mode de vie", nous explique Chama.

"Il faut aussi dire que dans le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui, le vintage constitue une véritable alternative au mode de consommation moderne", poursuit la jeune femme. "De plus, lorsqu'on a des scrupules à porter des vêtements de marques internationales confectionnées dans les conditions terribles que nous connaissons, cela nous incite à revoir complètement nos habitudes pour nous diriger vers un comportement d'achat plus responsable, sans pour autant sacrifier le style. Au Maroc, il est encore difficile de s'en procurer, à moins d'être assez patiente et aventurière pour faire certains marchés et chiner. C'est de là qu'est venue Shrout, d'abord d'une passion et un besoin qu'on a identifié ", précise Chama Tahiri, également co-fondatrice du webzine et studio créatif Lioumness.

Et pour servir leur vision, les deux jeunes femmes ont mis en place une organisation minutieuse. Elles chinent et sélectionnent les pièces ensembles, Chama prend les photos tandis que Myriam fait office de mannequin. Et le tour est joué.

"Nous aimerions nous adresser aux jeunes femmes (et pourquoi pas par la suite aux hommes) qui ont envie de porter des pièces uniques, originales et de qualité, à des prix très raisonnables. Nous avons choisi de nous positionner en dessous des prix appliqués par les marques de prêt-à-porter, mais nous valorisons véritablement les matières, et la marque que le temps peut laisser sur certains articles comme sur notre veste en cuir suédé à franges toute patinée qui donne une allure folle!", soutient Chama.

shrout clothing

Un label qui marche sur les pas de sites de renom comme LaDoubleJ, Celia Darling ou encore OpenForVintage, pour proposer à son tour des pièces uniques qui ont traversé les époques sans prendre une ride.

Le rétro serait donc le nouveau cool à en croire Kate Moss, Kim Kardashian, Mary-KateOlsen ou encore Anne Hathaway, qui n'hésitent pas à ressortir leurs anciens sacs et t-shirts pour un mix&match intemporel et singulier. Une tendance qui prend le contre-pied du see-now, buy now et des tendances saisonnières ayant conduit à des looks souvent trop attendus, prévisibles pour ne pas dire redondants, proposés par les célébrités, bloggeuses et autres influenceuses.

Shrout sera présente à Casablanca au Pop up Souk de La Fabrique organisé le 15 mars prochain, en attendant l'ouverture du showroom privé de l'enseigne au printemps.

LIRE AUSSI: