TUNISIE
06/03/2018 03h:20 CET

Le ministre de l'Enseignement supérieur, Slim Khalbous, propose à Maher Damak, le jeune doctorant en mécanique au MIT, à déposer ses brevets en Tunisie

ministère de l'enseignement supérieur /FB

Le jeune startupper tunisien et doctorant en mécanique au Massachusetts Institute of Technology (MIT) a été invité par le ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Slim Khalbous, à déposer ses brevets en Tunisie.

Une proposition qui a été formulée à la suite de sa rencontre, jeudi dernier, au siège du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, rapporte un communiqué de presse publié par le ministère lundi.

Lors de cette entrevue, à laquelle a également assisté Samia Charfi Kaddour, Directrice Générale de la Valorisation de la Recherche, le ministre a proposé au jeune doctorant de collaborer avec des structures de recherche tunisiennes pour une implémentation expérimentale de ses brevets en Tunisie, notamment celui relatif aux pesticides, et ce dans le cadre d'un projet cofinancé par la Tunisie et en partenariat entre des structures de recherche tunisiennes et américaines.

"Maher Damak a manifesté un réel enthousiasme à l'idée de collaborer avec des chercheurs tunisiens et a promis d'étudier rapidement la faisabilité de la proposition", souligne le communiqué.

Spécialiste en mécanique des fluides, science des matériaux et phénomènes d'interfaces, Maher a gagné le premier prix du concours national du Département de l'énergie des États-Unis et le concours annuel du MIT.

Un brillant parcours pour ce jeune homme qui a été récemment couronné par plusieurs distinctions au sujet de deux travaux de recherche concluants ayant fait l'objet de brevets déposés.

Âgé d'à peine 28 ans, Maher a réussi à mettre au point un premier processus permettant de récupérer l’eau qui s’évapore des centrales électriques - à raison de 80%, soit pour une centrale de 250 mégas watts, l’équivalent d’environ 1000 à 2000 litres par minute.

À côté de cette technologie qui a été brevetée aux Etats-Unis, Damak a développé un autre procédé, également breveté, qui permet d’économiser l’utilisation des pesticides en agriculture, de 100 litres à 10 litres/ha grâce à l'adjonction d'un polymère développé dans son laboratoire.

Ses réalisations ont permis à Maher d'être classé par le magazine Forbes parmi les 30 personnes de moins de 30 ans les plus influentes dans le domaine de l'innovation dans la catégorie "Énergies".

LIRE AUSSI: Maher Damak, ce doctorant au MIT qui se distingue aux Etats-unis par ses innovations

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.