ALGÉRIE
04/03/2018 07h:39 CET | Actualisé 04/03/2018 07h:42 CET

Azzedine Mihoubi confie la gestion des salles de cinéma à l'AARC

Algerians walk outside the Salle el-Mougar during the world premiere of 'Ce que le jour doit à la nuit' (What the Day Owes the Night) in Algiers on September 7, 2012. The film, which is based on a novel by Algerian writer Yasmina Khadra, is directed by French filmmaker Alexandre Arcady. AFP PHOTO/FAROUK BATICHE        (Photo credit should read FAROUK BATICHE/AFP/Getty Images)
AFP via Getty Images
Algerians walk outside the Salle el-Mougar during the world premiere of 'Ce que le jour doit à la nuit' (What the Day Owes the Night) in Algiers on September 7, 2012. The film, which is based on a novel by Algerian writer Yasmina Khadra, is directed by French filmmaker Alexandre Arcady. AFP PHOTO/FAROUK BATICHE (Photo credit should read FAROUK BATICHE/AFP/Getty Images)

Les salles de cinéma en Algérie seront-elles enfin rouvertes ? L'Office national de la culture et de l'information (ONCI), chargé de faire l'état des lieux et de relancer ces espaces culturels, a été destitué de cette mission au profit de l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), a annoncé jeudi 01 mars 2018 le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi.

Azzedine Mihoubi s'exprimait en marge de l'ouverture d'une salle de projection au Centre national du cinéma et de l'audiovisuel (CNCA). Il a indiqué que cette décision fait suite à la défaillance de l'ONCI, dont la principale mission est "la gestion des festivals".

Par ailleurs, le ministre a annoncé une réunion "dans une semaine" pour examiner les modalités d'animation de ces salles, au nombre de 80, dotées des équipements de projection traditionnelle et du système DCP (Digital Cinema Package).

L'Agence œuvrera à "la signature de conventions avec les distributeurs cinématographiques dans les pays européens et arabes" pour l'acquisition de nouveaux films à projeter et à "la formation de professionnels" dans la gestion des salles de cinéma, a ajouté M. Mihoubi.

Il a souligné que la priorité en matière de leur gestion sera donnée aux "clubs cinématographiques" à travers les wilayas.

Me Azzedine Mihoubi a déclaré que le secteur "exigera" des réalisateurs bénéficiant du soutien du ministère de projeter leurs films en avant-premières en "Algérie et pas à l'étranger".

Le ministre de la Culture avait octroyé la gestion des salles de cinéma à l’Office national de la culture et de l'information fin 2016.

Il avait affirmé que cette mesure permettra de garantir une gestion administrative et financière des salles de cinéma à travers le pays et de valoriser ces structures culturelles, qui venaient de passer sous l'égide du ministère de la Culture après avoir été contrôlées par le ministère de la Culture.

LIRE AUSSI: Un plan "ambitieux" pour aménager les salles de cinéma et "relancer le 7e art"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.