MAROC
03/03/2018 11h:32 CET

Football: L'assistance vidéo à l'arbitrage sera autorisée pour la prochaine Coupe du monde

REUTERS/Matthew Childs
Matthew Childs / Reuters
REUTERS/Matthew Childs

FOOTBALL - L'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) a été autorisée pour toutes les compétitions notamment la Coupe du monde, a annoncé ce 3 mars à Zurich, l'organe garant des lois du jeu lié à la Fifa, l'International Football Association Board (IFAB), rapporte la MAP.

La décision a été prise "à l'unanimité" des membres de cette instance, notamment la Fifa ainsi que les fédérations à l'origine des lois du jeu à savoir l'Angleterre, le Pays de Galles, l'Écosse et l'Irlande du Nord, a précisé l'IFAB dans un communiqué, ajoutant que "cette réunion historique, dirigée par le président de la Fifa Gianni Infantino, ouvre une nouvelle ère dans le football avec l'assistance vidéo qui aidera à améliorer l'intégrité et la justice dans ce sport".

Cette aide technologique porte uniquement sur quatre cas, à savoir la validation ou non d'un but, l'attribution ou non d'un carton rouge, l'analyse d'une action pouvant valoir penalty et la correction d'une erreur d'identification d'un joueur sanctionné.

"C'est une nouvelle importante dans le football. Ce sujet était discuté depuis des décennies. On avait décidé de tester la VAR en mars 2016, parce que si on ne l'essaie pas, on ne saura jamais si ça marche", a indiqué Gianni Infantino. Ce dernier indique qu'au bout de la phase de tests, "on est arrivés à la conclusion que la VAR est bonne pour le football, pour l'arbitrage, qu'elle amène plus de justice, et c'est pour cela que nous l'avons approuvée".

En revanche, le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, avait annoncé lundi que la VAR ne serait pas utilisée lors de la Ligue des champions 2018-2019.

La méthode montre en effet des limites, rappelle pour sa part l'AFP, citant "des erreurs avérées malgré tout, des décisions incomprises par le public, et de longues interruptions du jeu, pleines de confusion, stérilisant l'émotion propre au sport roi". "Le corps arbitral a désormais trois mois et demi pour notamment huiler cette communication entre les assistants vidéo et l'arbitre central en vue du Mondial", conclut l'agence de presse française.

LIRE AUSSI: