MAROC
02/03/2018 06h:39 CET

Le Maroc à l'honneur du festival du film séfarade de New York

NY Sephardic Jewish Film Festival

CINÉMA - À l'occasion de sa 21e édition, le festival du film séfarade de New York met cette année le Maroc à l'honneur. Ce festival, qui débutera le 5 mars prochain, veut "mettre en valeur des voix contemporaines imprégnées de l'histoire, des traditions et de la riche culture mosaïque des communautés séfarades", explique le festival dans un communiqué. L'événement proposera ainsi films, documentaires et séances de questions-réponses avec des réalisateurs. L'occasion pour les visiteurs de découvrir les oeuvres de cinéastes et documentalistes originaires de pays comme l'Iraq, le Mexique, l'Ethiopie, le Maroc...

Le Maroc à l'honneur

Cette année, le royaume sera mis à l'honneur à l'occasion de la cérémonie d'ouverture. "Le Maroc est pour nous un exemple de coexistence pour le reste du monde", explique au HuffPost Maroc David Serero, chanteur d'opéra d'origine marocaine, et producteur du festival. "Le Maroc a toujours su garder une relation et un attachement avec tous ses sujets dont la communauté juive. C’est un attachement qui ne se brisera jamais", poursuit ce dernier.

Au cours de la cérémonie d'ouverture, le trompettiste de jazz Itamar Borochov accompagnera les marocain d'Innov Gnawa, nommés le 28 janvier dernier aux Grammy Awards. Une fusion de deux genres qui, pour le directeur exécutif du Festival, Jason Guberman, est une manière de célébrer la culture marocaine de "coexistence". "La musique est au coeur de la culture judéo-marocaine partagée au Maroc. Avoir Itamar faire front commun avec Innov Gnawa est l'hommage le plus significatif à cet héritage", dit-il.

"Ils joueront ensemble du Gnawa et même des airs juifs Gnawa dont certains n’ont jamais été joués. Il s’agit d’une première mondiale", nous précise pour sa part David Serero, évoquant cette collaboration qui donnera ainsi lieu à la présentation d'un patrimoine peu connu.

Une cérémonie d'ouverture au cours de laquelle sera remise le "Prix Grenadine" qui récompense "l'excellence séfarade dans les arts", et dont les récipients passés sont notamment André Azoulay, conseiller du roi Mohammed VI, le chanteur Enrico Macias ou encore le poète israelo-marocain Erez Bitton.

Histoires d'exil

Le festival n'est pas hermétique aux débats qui agitent actuellement les États-Unis, notamment les suites de l'affaire Weinstein. Parmi les films présentés cette année, on retrouvera notamment "Brave miss world" qui raconte l'histoire de l'ancienne miss Israel, l'israelo-marocaine Linor Abargil. Quelques semaines après son couronnement, cette dernière avait été enlevée et violée par un agent de voyage, alors qu'elle devait se rendre à un rendez-vous organisé par une agence de mannequin italienne. Le documentaire retrace notamment sa lutte contre les violences sexuelles faites aux femmes.

Le film "La visite de l'orchestre" sera également présenté, l'occasion pour le festival de rendre hommage à Ronit Elkabetz, réalisatrice et actrice israélienne d'origine marocaine décédée en 2016.

L'exil sera également un thème phare de cette édition avec des films comme "Starting over again" qui retracera l'exil des juifs d'Egypte de 1945 à 1956. "Journey from Tunisia" traite pour sa part des juifs de Tunisie, et diffusera des images rares de ce pays sous occupation nazie. "Remember Baghdad" retracera de son côté les destins de familles originaire d'Iraq. Le festival débutera le 5 mars prochain et se clôturera le 15 mars au "Center for Jewish History" de la Grande Pomme.

LIRE AUSSI: