TUNISIE
02/03/2018 06h:07 CET

La Tunisie va investir 12 milliards de dinars dans plusieurs projets énergétiques entre 2018 et 2022

La Tunisie va investir 12 milliards de dinars dans de nombreux projets énergétiques entre 2018 et 2022 a indiqué jeudi la présidence du gouvernement tunisien dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

"La stratégie gouvernementale a pour but d'assurer la sécurité énergétique du pays en diversifiant les sources d'énergies" affirme la présidence du gouvernement affirmant privilégier "la bonne gouvernance et le développement durable" dans sa stratégie.

En matière d'électricité, le gouvernement prévoit durant la période 2018-2022, "la révision de l'accord cadre sur la vente d'électricité" tout en "réformant les lois régissant le secteur" afin de "faciliter les démarches administratives".

Par ailleurs, un "programme social de production d'énergie photovoltaïque au profit des familles ayant de faibles consommation d'énergie (moins de 100 kilowatts/heure par mois-environ 120 mille familles)" sera mis en place.

Dans ce cadre, le gouvernement promet qu'un "code des énergies renouvelables" verra bientôt le jour et évoque la création d'une Instance de régulation dans le secteur de l’électricité avant la fin de 2018.

Bientôt une ligne électrique maritime reliant la Tunisie et l'Italie

Selon le ministre de l'Énergie et des mines Khaled Kaddour, la Tunisie et l'Italie signeront dans les semaines à venir un accord sur la mise en place d'une ligne électrique maritime de 600 mégawatts et de 200 kilomètres ainsi que de deux stations de de transformation. Le coût de ce projet s'élèvera à 600 millions d'euros selon le ministre.

"Nous sommes en train de réaliser l'étude technique du projet. C'est ce qui prend le plus de temps. Cette étude sera réalisée par une société mixte tuniso-italienne qui a été choisie pour faire cette étude" a expliqué Khaled Kaddour.

Une plus grande production d'hydrocarbures

Concernant la production d'hydrocarbures Khaled Kaddour a affirmé que ce dernier connaîtra un rythme plus ascendant avec l'entrée en production deux des grands projets entre les années 2018 et 2020. il s'agit du projet de promotion de l'exploitation du Champ "Nawara" dont le coût s'élève à 1000 millions de dollars et dont l'entrée en production est prévue pour la fin 2018.

Le secteur des hydrocarbures sera également marqué par le projet de raccordement du gouvernorat de Tataouine au gaz naturel, un projet lié à la promotion du champ "Nawara" et consistant en la mise en place d'un pipeline d'une longueur de 94 kilomètres et la création d'une unité de traitement final du gaz d'une capacité de 600 mille mètres cubes par jour.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.