MAROC
02/03/2018 11h:13 CET

Il y a 62 ans, le Maroc signait son indépendance (VIDÉO)

Il y a 62 ans, le Maroc signait son indépendance (VIDÉO)
INA/Capture d'écran
Il y a 62 ans, le Maroc signait son indépendance (VIDÉO)

HISTOIRE - Il y a 62 ans, le 2 mars 1956, le Maroc et la France signaient une déclaration commune donnant au royaume son indépendance et mettant officiellement fin au protectorat français.

Dans une vidéo publiée ce vendredi sur Twitter par l'Institut national de l'audiovisuel français (INA), on peut ainsi voir le ministre français des Affaires étrangères de l'époque, Christian Pineau, et le chef du premier gouvernement marocain, Si Mbarek Bekkaï, signer cette déclaration commune au Quai d'Orsay, le nom communément donné au bâtiment abritant le ministère des Affaires étrangères à Paris.

"À Paris, la France et le Maroc ont ouvert une nouvelle page de leur histoire. M. Christian Pineau, au nom de la France et Si Bekkaï, au nom de l'empire chérifien, ont apposé leur signature sur la déclaration commune qui constate la fin du traité de Fès et confirme solennellement la reconnaissance de l'indépendance marocaine. Cet accord toutefois sera soumis à la ratification de l'Assemblée nationale", déclare le commentateur télévisé, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

Cette déclaration rend ainsi caduc l'accord de Fès qui avait donné naissance au protectorat, le 30 mars 1912. Le lendemain de la signature de la déclaration commune, l'Assemblée nationale française ratifie l'indépendance du Maroc. Enfin, des accords de coopération redéfinissant les rapports franco-marocains sont signés le 28 mai 1956, rappelle l'INA sur son site.

Dès l'été 1955, le gouvernement Edgar Faure, devant la pression des nationalistes marocains, avait abandonné le principe de co-souveraineté entre la France et le Maroc. Le 6 novembre de la même année, les accords signés à La Celle-Saint-Cloud près de Paris scellent le retour d'exil du sultan Sidi Mohammed Ben Youssef, futur roi Mohammed V, deux ans après sa déposition.

Ce dernier est reconnu souverain d'un "État indépendant uni à la France par les liens permanents d'une interdépendance librement consentie et définie", rappelle l'INA, qui précise que "cette étape permet la constitution d'un gouvernement marocain de transition, formé par Si Bekkaï et la relance des négociations sur l'indépendance".

Au Maroc, la date du 2 mars n'est pas commémorée. L'indépendance du royaume est officiellement célébrée chaque année le 18 novembre, date de l’intronisation du sultan Mohammed V, en 1927, et de son "discours de la libération", prononcé deux jours après son retour d'exil le 16 novembre 1955.

Pour le chercheur et historien Nabil Mouline, la célébration de l'indépendance du Maroc le 18 novembre plutôt que le 2 mars traduit la volonté de la monarchie d'élaborer progressivement un "grand récit" national sur mesure, et de marginaliser "certaines pratiques symboliques encombrantes", notamment la commémoration de la fête de l’indépendance le 2 mars, indiquait-il au HuffPost Maroc.

"Cette date (...) symbolisait pour l’Istiqlal le point de départ d’une nation moderne et souveraine. Or, au même moment, le sultan contestait vivement l’idée de la souveraineté populaire", expliquait l'historien. Une manière aussi pour la monarchie de se placer désormais "au centre et au-dessus de l’espace social marocain".

LIRE AUSSI:Pourquoi le Maroc ne fête-t-il pas le 61e anniversaire de son indépendance? (ENTRETIEN)