TUNISIE
01/03/2018 08h:00 CET | Actualisé 13/03/2018 09h:51 CET

France: Ennuis judiciaires pour le producteur de cinéma franco-tunisien Tarak Ben Ammar

MILAN, ITALY - DECEMBER 05:  Tarak Ben Ammar attends a press conference on December 5, 2012 in Milan, Italy. Ammar announced today that his company Prima TV has acquired Naguib Sawiris' ONTV network, one of Egypt's most independent media outlets.  (Photo by Pier Marco Tacca/Getty Images)
Pier Marco Tacca/Getty Images
MILAN, ITALY - DECEMBER 05: Tarak Ben Ammar attends a press conference on December 5, 2012 in Milan, Italy. Ammar announced today that his company Prima TV has acquired Naguib Sawiris' ONTV network, one of Egypt's most independent media outlets. (Photo by Pier Marco Tacca/Getty Images)

Le producteur cinématographique Franco-Tunisien Tarak Ben Ammar connait des ennuis judiciaires, notamment pour "Banqueroute" a annoncé jeudi BFM TV.

L'administrateur de Vivendi, Telecom Italia et The Weinstein Co. qui a été poursuivi pour la faillite de la société Quinta Industries, spécialisée dans la post-production avait été condamné à 3 ans d'interdiction de gestion de société et au payement de 3,5 millions d'euros avec d'autres dirigeants.

Mais les choses ne s'arrêtent pas là, puisque le producteur franco-tunisien est également poursuivi pénalement par le parquet de Nanterre qui a ouvert une information judiciaire dans laquelle il a été mis en examen pour "Banqueroute" ajoute BFM TV.

Selon le code du Commerce français, la Banqueroute ou "faillite frauduleuse" est passible d'une peine de 5 ans de prison et de 75000 euros d'amendes.

L'affaire avait débuté en 2011. Tarak Ben Ammar est à la tête de Quinta Communications. Celle-ci détient 82,5% de Quinta Industries et en est aussi l'administrateur. Tarak Ben Ammar siégeait lui-même au Conseil d'administration de Quinta Industries en tant que représentant du Quinta Communications.

Placé sous liquidateur judiciaire après sa faillite, ce dernier a trouvé des faits répressibles pénalement dans la gestion de la société, ce qui a amené à l'information judiciaire pour "banqueroute".

En conséquence, rapporte BFM TV, le liquidateur judiciaire a pu faire saisir en 2015 le chalet de Tarek Ben Ammar en Val d'Isère mais n'a pu le placer en faillite personnelle pour une durée de 15 ans comme demandé. Concernant ses autres biens en France, ils n'ont pu être saisis rapport le média car ils ne sont pas directement détenus par lui.

Tarak Ben Ammar est un homme d'affaires, producteur et distributeur de films franco-tunisien. Il est administrateur de Vivendi, de Telecom Italia, de Mediobanca et de The Weinstein Co, mais également actionnaire de la chaine privée Nessma Tv.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.