MAROC
28/02/2018 15h:54 CET | Actualisé 01/03/2018 09h:36 CET

Mawj: Portrait d'une marque qui redéfinit l'artisanat marocain

Mawjmorocco

STYLE - Oubliez tout ce que vous pensez savoir sur l'artisanat marocain. Terz r'bati, mâallem, âkad, mouzoune, sfifa… Cette jeune marque reprend les codes de l'habit traditionnel marocain pour nous offrir une réinterprétation contemporaine des vêtements qui ont marqué notre histoire. Baptisée "Mawj", cette jeune griffe fait déferler une vague de modernité sur l'artisanat local en associant matières surprenantes et savoir-faire ancestral, pour proposer des collections unisexes réalisées à la main dans la médina de Fès.

mawj

Djellaba et jabador en plastique, veste et pantalon en mouzoune, broderie en sabra de soie sur des t-shirts en coton… La marque propose des créations à la fois ludiques et originales pour aborder autrement l'artisanat. Lancé il y a peu par Pierre et Redouane, deux jeunes amis fraîchement diplômés d'une école de design en France, Mawj est avant tout le projet commun d'un Marocain et d'un Français de développer une marque entre Orient et Occident.

Réalisés à la main par des artisans de la Medina de Fès en suivant des techniques traditionnelles, la marque a déjà dévoilé 4 collections capsules et unisexe, produites en éditions limitées: Medina's Collection, Mouzoune's Collection, Sultan's Collection et Iconic Items. Chacune d'entre elles représente leur vision d'une culture, d'une tradition, d'un savoir-faire qu'ils s'approprient à leur façon.

Et opslag delt af Mawj (@mawjmorocco) den

"Nous ne voulons pas faire du prêt-à-porter bohème ou ethnique, mais plutôt créer une marque de mode capable de rivaliser avec les plus grandes créateurs à l'international. Nous voulons faire bouger les lignes et introduire une vision nouvelle de l'artisanat doté d'une identité forte et universelle", défenf Redouane.

"Aujourd'hui, à l'ère de la mondialisation, tout le monde connaît la djellaba. Pourtant, elle reste un habit jugé trop oriental, que même les jeunes de ce pays ne portent qu'à des occasions précises. Avec Mawj, nous avons envie de moderniser ce pays qui en a tant besoin, d'offrir aux jeunes des vêtements qui leur ressemblent, à la fois authentiques et dans l'air du temps", poursuit-il.

Le duo rêve d'une marque de prêt-à-porter couture, jeune et multiculturelle. Première étape concrétisant cette ambition, la collection "Zéro Mika", avec une djellaba en plastique transparent comportant tous les symboles de la djellaba traditionnelle (sfifa, aakad, choucha…). "C'est une mise en lumière des détails et du savoir-faire de la djellaba, des symboles qui sont d'habitude noyés dans des tissus, dans des couleurs, dans des motifs. alors que ce produit nous mène à nous intéresser à ces petits détails qui font toute la spécificité de la djellaba". De cette réflexion découlent deux produits: la Zéro Mika 2.0 et le Jaba'bomber.

"Nous voulons que la djellaba fasse partie d'un dressing contemporain, nous voulons qu'elle dépasse son appartenance ethnique pour devenir un objet multiculturel", explique Redouane. La marque en a fait de même sur un objet phare de la culture Amazigh, la Handira, pour développer des pantalons et des vestes aux coupes classiques. "Nous avons joué sur des coupes plus classiques afin d'intégrer en douceur ce symbole dans nos dressing, dans lequel chaque personne peut se projeter".

Et opslag delt af Mawj (@mawjmorocco) den

Pour sa dernière collection capsule, Iconic Items, le duo reprend les symboles du Maroc pour les retranscrire sur des tee-shirts à l’aide du savoir-faire marocain, du fameux Bab boujloud au tarbouch, en passant par la djellaba. "Notre but est que les consommateurs puissent porter ces symboles du Maroc, comme ils pourraient porter un logo, une marque ou un slogan". Une marque authentique et audacieuse à surveiller de près.

LIRE AUSSI: