ALGÉRIE
28/02/2018 06h:38 CET | Actualisé 28/02/2018 06h:50 CET

Importation des intrants chimiques: l'autre problème des industriels

DR

Deux mois de quasi blocage ont marqué ce début d'année pour les importateurs d'intrants chimique de nécessité industriels et sanitaires. Une situation qui a créé une tension sur les marchés des matières premières et a fait flamber les prix.

Dans cette lettre adressée au chef de l'Etat, Josep Maria COS QUIXAL, un espagnol résident en Algérie et qui activait dans ce secteur avant que l'entreprise qui l'employait ne fasse une compression des effectifs, a voulu tirer la sonnette d'alarme.

"Cette situation est préoccupante à double titre: D'abord les tensions créées et la flambée des prix mais surtout le danger qu'encourent les consommateurs algériens si cette situation perdure", explique M.Cos Quixal. Il cite à titre d'exemple l'utilisation de la soude dans les industries agroalimentaires, le forage pétroliers mais aussi la stérilisations des blocs opératoires des hôpitaux.

L’Algérie, apprend-on ne produit que 30 % de ses besoins de cette matière. Le reste est importé. Une importation soumise à une double autorisation des ministère de l'Energie et de la Défense. Les lenteurs bureaucratiques et les situations de quasi monopole créées par quelques importateurs privilégiés font craindre le pire pour la santé publique et pour l'alimentation des industriels.

"Cet exemple de soude est édifiant car ce produit chimique sert à éliminer les bactéries des produits laitiers, jus et même des blocs opératoires. Les utilisateurs auront deux choix: ou bien acheter au fort prix cette matière et répercuter cela sur le prix de leurs produits finis ou réduire les doses et mettre par conséquent en danger la santé publique", explique encore M. Cos Quixal. Des arguments de poids qui poussent à interpeller les responsables du pays et en tête le chef de l'Etat.

Le HuffPost Algérie reproduit ci-dessous la lettre ouverte adressé par M. Josep Maria Cos Quixalau chef de l'Etat

Votre Excellence Monsieur Le président de la République

Je m’adresse aujourd’hui à votre haute autorité car je connais votre amour pour ce pays, votre intérêt pour son avenir, votre ouverture d’esprit et votre sens de l’hospitalité et de la justice.

Je suis un cadre espagnol qui a exercé dans ce pays pendant trois années. Cette expérience est pour moi à la fois professionnelle et humaine car elle m’a permis de découvrir les différents aspects de ce grand pays complexe et riche qu’est l’Algérie.

J’ai en effet pu prendre conscience des dynamismes sociaux et économiques qui font de l’Algérie un pays appelé à un avenir de pointe dans les prochaines années. En effet, il existe des entreprises nouvelles, dynamiques qui ne demandent qu’à s’étendre en augmentant la production nationale et en développant les savoir-faire et les compétences des nationaux tout en travaillant de pair avec des cadres étrangers, soucieux de l’éthique et de l’échange économique et technologique entre les peuples.

Mon activité se situe dans le domaine de la chimie industrielle, à savoir le domaine agro-industriel, de traitement des eaux, du forage pétrolier et des détergents notamment mais aussi celui de la sidérurgie etc. J’ai notamment beaucoup travaillé avec un élément essentiel à ces productions : il s’agit de la soude caustique.

Base minérale qui rentre dans la composition de nombreux produits industriels, elle constitue un élément essentiel des processus industriels et des productions de ces derniers. Depuis la cosmétique, en passant par les teintures, les savons, les encres, la fabrication du caoutchouc aux fils de suture en médecine, les boissons, le lait et les yogourts, sa présence est indispensable dans une économie qui se veut ouverte et multifonctionnelle.

Je voudrais attirer votre attention sur cette matière vitale : elle intervient bien sûr dans l’industrie chimique, mais également et surtout elle est un élément essentiel dans tous les processus d’assainissement, de décontamination et de nettoyage. Elle est ainsi en étroit rapport avec la santé publique puisqu’elle vient notamment de fabriquer le chlore et tous ses dérivés. Dans l’industrie pétrolière, elle sert notamment à nettoyer et à traiter les eaux et les boues issues de l’exploitation du pétrole, qui, sans ce traitement, seraient très dangereuses pour l’environnement, et par là même pour les populations.

Je souhaiterais et demande à votre excellence d’intervenir de manière concrète de façon à faciliter la démarche d’importation de ce produit clé et phare aux différents opérateurs économiques qui sont intéressés par cette matière, et ce en établissant un prix abordable.

En effet, un prix stable et modique permettra aux acteurs économiques de continuer à utiliser la soude caustique de manière régulière et en quantité suffisante pour que son effet reste agissant en termes de santé publique. Car le risque encouru si son prix est trop élevé sera son utilisation en quantité et en qualité moindres, avec tout ce que cela peut impliquer sur le plan des risques sanitaires.

Cette lettre est un appel dirigé vers votre personne en tant que premier responsable de ce pays et en tant que premier citoyen conscient des intérêts qui sont à promouvoir dans le contexte actuel.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de mon profond respect.

Josep Maria COS QUIXAL

Résident en Algérie