MAROC
28/02/2018 15h:26 CET

Affaire Bouachrine: la première plaignante publie un témoignage en ligne

Facebook / Taoufik Bouachrine

JUSTICE - Les témoignages se multiplient dans l'affaire Bouachrine. Une des présumées victimes ayant porté plainte contre le directeur de publication d’Akhbar Al-Yaoum, s'exprime publiquement, pour la première fois, dans une longue publication sur sa page Facebook et en réponse à ceux qui l'accusent de mentir.

Dans son message, Naima Lahrouri expose les raisons qui l'ont poussée à porter plainte contre le directeur du journal. "J'ai porté plainte car j'ai été agressée par Taoufik Bouachrine. Une agression avec coups et blessures", confie-t-elle sans livrer plus de détails sur le contexte dans lequel se serait déroulé l'agression.

"J'ai porté plainte alors que je sais pertinemment que notre société n'est pas toujours juste envers la femme dans ce genre de situations et la condamne au lieu de la soutenir. Ce qui explique le silence de beaucoup de jeunes filles et femmes victimes de viols et de harcèlement. Et qui en même temps, encourage les agresseurs à poursuivre leurs actes abominables alors qu'ils devraient être punis".

Naima Lahrouri est la première femme à avoir déposé une plainte contre le directeur de publication d'Akhbar Al-Yaoum, "une semaine avant son arrestation", précise-t-elle. "Aujourd'hui, suite à l'évolution de l'affaire, je suis fière d'avoir été la première plaignante. Fière d'avoir permis qu'on découvre que les victimes de Bouachrine sont nombreuses et que la plupart d'entre elles préfèrent garder le silence", assure la plaignante.

Elle saisit également l'occasion pour répondre aux personnes qui soutiennent le directeur de publication, et ce malgré les accusations dont il fait l'objet. La liste des chefs d'inculpations de Taoufik Bouachrine est longue: chantage, menaces, viol et tentative de viol, harcèlement sexuel, débauche et enregistrements d'ébats sexuels. Le parquet de Casablanca précise qu’il existe 50 films gravés sur CD et enregistrements vidéo numériques concernant 8 présumées victimes. Des CD auxquels la défense indique ne pas avoir eu accès pour l'instant.

"Je sais que je me met à dos de nombreuses personnes, qui dès l'apparition de mon nom, ont relayé des mensonges et informations calomnieuses à mon sujet. Parmi eux, certains vénèrent Taoufik Bouachrine... D'autres nous accusent (les plaignantes) de mentir et de comploter contre lui", poursuit Naima Lahrouri.

Cette dernière remercie toutefois les manifestations de soutien à son égard et confirme avec espoir, qu'elle mènera son combat "avec confiance, force et courage".

L'avocat de l'accusé, Abdessamad Idrissi, confiait au HuffPost Maroc que le comité de défense du journaliste dispose "d’arguments juridiques" pour démonter l’accusation. "Taoufik Bouachrine affirme que les accusations dont il fait l’objet ne sont pas fondées. Il a d’ailleurs des arguments pour le montrer et nous disposons d’autres pour le défendre. En joignant nos arguments qui se complètent, nous avons de quoi être optimistes quant à l’issue de cette affaire".

Interpellé vendredi 23 février dans les locaux de son journal à Casablanca, Taoufik Bouachrine devrait être jugé le 8 mars prochain.

LIRE AUSSI: