MAROC
27/02/2018 06h:19 CET

Syrie: Washington exige la "fin immédiate" des opérations offensives dans la Ghouta Orientale

People walk through the damage, after an air raid in the besieged town of Douma, Eastern Ghouta, Damascus, Syria February 23, 2018. REUTERS/Bassam Khabieh
Bassam Khabieh / Reuters
People walk through the damage, after an air raid in the besieged town of Douma, Eastern Ghouta, Damascus, Syria February 23, 2018. REUTERS/Bassam Khabieh

SYRIE - Les États-Unis ont exigé la "fin immédiate" des opérations offensives en Syrie, où les attaques des forces gouvernementales syriennes et russes contre l'opposition, dans la Ghouta Orientale, ont causé plus de 500 morts en huit jours, annonce la MAP.

"La Syrie terrorise des centaines de milliers de civils avec des frappes aériennes, de l'artillerie, des roquettes et une attaque terrestre imminente", a déclaré Sarah Huckabee Sanders, la porte-parole de la Maison Blanche, lors d'un point de presse.

"Les Etats-Unis appellent à la fin immédiate des opérations offensives et à un accès urgent des travailleurs humanitaires et de l'aide humanitaire dont ils ont désespérément besoin", a-t-elle ajouté.

Sarah Huckabee Sanders a souligné que le régime du président syrien Bachar al-Assad devrait prendre "absolument au sérieux" la demande des Etats-Unis de cesser les attaques dans le pays.

La trêve de l'allié russe

De son côté, la Russie annonce ce mardi 27 février, sur ordre de Vladimir Poutine, une trêve humanitaire, précise pour sa part l'AFP. La trêve devrait être appliquée de manière quotidienne durant cinq heures, entre 9h et 14h locales, selon Moscou, allié du régime syrien.

"Cette trêve est une farce, la Russie nous tue tous les jours et nous bombarde tous les jours", affirme à l'AFP Samer al-Bouydani, un habitant de Douma. "Je ne peux pas faire confiance à ses auteurs pour quitter (la Ghouta) avec ma famille (à travers les couloirs). Si j'accepte de sortir, (le régime) m'enrôlera immédiatement dans l'armée pour combattre d'autres Syriens"

Samedi, le Conseil de sécurité avait approuvé une résolution réclamant un cessez-le-feu immédiat de 30 jours en Syrie, afin de permettre l’arrivée de l’aide humanitaires et des évacuations médicales. Cela n'a toutefois pas empêché la poursuite des tirs offensifs dans l’enclave assiégée de la Ghouta orientale, qui ont causé la mort d'une trentaine de personnes au cours des dernières 48 heures, majoritairement des femmes et des enfants.

LIRE AUSSI: