TUNISIE
27/02/2018 12h:17 CET

Le Syndicat des magistrats tunisiens qualifie de "crime organisé" la démonstration de force de sécuritaires au Tribunal de Ben Arous

Wavebreakmedia via Getty Images
Hand about to bang gavel on sounding block in the court room

Après le Conseil Supérieur de la Magistrature, le Syndicat des magistrats tunisiens (SMT) a dénoncé les incidents survenus, lundi, au Tribunal de Ben Arous où plusieurs sécuritaires "se sont rassemblés dans l’enceinte du tribunal avec leur armes de service alors que d’autres avaient encerclé le bâtiment par des voitures de police".

Les agents de sécurité protestaient contre l’arrestation de trois policiers, accusés de violence envers un "terroriste" impliqué dans l’assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, selon un communiqué du syndicat du personnel de la direction générale de la sûreté publique.

"Ce qui s’est passé dans l’enceinte de la juridiction peut être qualifié de crime organisé", a encore fustigé le syndicat des magistrats appelant à faire face à de telles pratiques et à poursuivre les auteurs, conformément aux dispositions de la loi.

De son côté, l’Ordre national des avocats tunisiens (ONAT) a entrepris un ensemble d’actions.

Selon un communiqué rendu public mardi par l’ONAT, le bâtonnier des avocats, Ameur Meherzi a avisé le procureur de la République et le président du Tribunal de la disposition de tous les avocats pour défendre les institutions constitutionnelles en attendant que les autorités compétentes prennent les dispositions nécessaires face à de telles pratiques.

Le bâtonnier des avocats a également rencontré des membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour mettre le Conseil face ses responsabilités dans la sécurisation de l’institution judiciaire, la protection des magistrats, la préservation de l’indépendance de leurs décisions et la consécration de la primauté de la loi.

D’après le même communiqué, une délégation de l’ONAT a aussi rencontré l’avocat de la défense pour l'encourager et l’inciter à faire preuve de courage dans la consécration de la primauté de la loi et la garantie des attributs d’un procès juste.

Lundi, le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) a considéré le rassemblement de groupes sécuritaires armés devant le tribunal de première instance de Ben Arous, venus pour soutenir leurs collègues faisant objet de poursuites judiciaires, comme étant une atteinte à l’indépendance du pouvoir judiciaire.

“C’est un acte irresponsable” avait-il condamné.

Le syndicat des Fonctionnaires de la direction générale de la sécurité publique (SFDGSP) avait appelé l’ensemble des sécuritaires à se rassembler en masse lundi matin devant le tribunal de première instance de Ben Arous, pour soutenir leurs collègues, arrêtés pour suspicion de torture à la suite de l’arrestation d’un élément terroriste impliqué dans la formation d’une bande organisée, qui serait également impliqué dans les affaires d’assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.