MAROC
27/02/2018 09h:22 CET | Actualisé 27/02/2018 13h:21 CET

La cinémathèque marocaine débutera (enfin) ses activités en septembre prochain

Pavel Losevsky
La cinémathèque marocaine débutera ses activités en septembre prochain

CINÉMA - La cinémathèque marocaine sort de sa léthargie. Mardi 27 février, le Centre cinématographique marocain (CCM) a annoncé la nomination de la réalisatrice Narjiss Nejjar à la tête de cet organisme national jusque-là inactif faute de budget.

"Grâce aux efforts conjugués des ministères de l’Economie et des finances, de la Culture et de la communication, et du CCM, la cinémathèque marocaine va enfin pouvoir remplir le rôle dévolu aux cinémathèques nationales dans le monde à savoir la restauration, la conservation et la diffusion du patrimoine cinématographique national et mondial", indique le CCM dans un communiqué.

"L’expérience de Mme Nejjar et les relations professionnelles qu’elle a su développer dans le monde, tout au long de son parcours, contribueront au succès de cette nouvelle entreprise", précise la même source.

"Toutes les cinémathèques dans le monde fonctionnent de la même manière sauf la nôtre qui ne l'a pas fait jusqu'à présent parce qu'il n'y avait pas de budget", explique au HuffPost Maroc le président du CCM, Sarim Fassi Fihri. "Le budget débloqué permettra de payer l'équipe qui s'occupera de la cinémathèque, les droits des films et l'activité réelle de la cinémathèque", précise-t-il.

narjiss nejjar

La réalisatrice Narjiss Nejjar a été nommée directrice de la cinémathèque marocaine

Embauchée fin janvier, Narjiss Nejjar est en train de constituer son équipe et s'attelle à la préparation de la saison 2018-2019 de la cinémathèque qui débutera au mois de septembre, nous apprend Sarim Fassi Fihri. Tout au long de l'année, des cycles de films seront prévus, "par exemple des cycles russes, des cycles Antonioni, des cycles-débats, etc.", poursuit le président du CCM.

Le activités se feront dans le bâtiment du CCM à Rabat, mais le président de l'institution n'exclue pas d'en "sortir petit à petit". "Il faudra aller vers le public, dans la salle du 7e Art ou d'autres salles", explique-t-il.

La directrice de la cinémathèque a été choisie "pour son expérience dans ce métier et son intérêt pour ce projet". Née en 1971 à Tanger, Narjiss Nejjar a réalisé une dizaine de films, documentaires et courts-métrages. Elle est connue pour ses films "Les yeux secs" (2003), "Wake up Morocco" (2006), "L'amante du Rif" (2011) et plus récemment "Apatride" (2018), présenté en février lors du Festival international du film de Berlin.

LIRE AUSSI: