ALGÉRIE
26/02/2018 05h:12 CET

Les lycéens à Alger protestent en solidarité avec leurs enseignants

FAYEZ NURELDINE via Getty Images
An Algerian secondary school student shouts slogans during a protest held in front of a local school in the centre of Algiers 20 January 2008. Students of the secondary schools all over Algeria started a strike demanding improvement of the educational programmes. AFP PHOTO/FAYEZ NURELDINE (Photo credit should read FAYEZ NURELDINE/AFP/Getty Images)

A Alger-centre comme à Kouba ou Birkhadem certains lycées ont connu une grève des lycéens hier en signe de protestation contre les mesures dures prises par le ministère de l'Education nationale contre les enseignants qui sont en grève.

Ainsi, les lycéens qui ont voulu afficher leur solidarité avec leurs enseignants ont observé des sit-ins devant leurs lycées pour demander à la ministre de l'Education de revenir sur sa décision de licencier les enseignants grévistes.

Le ministère de l'Education avait décidé, rappellons-le, la radiation des enseignants en grève depuis le 30 janvier et un représenant du ministère de l'Eduction avait annoncé que plus de 19 000 enseignants avaient été dernièrement destinataires de mises en demeure, dernier avertissement de l'administration avant la révocation.

Les élèves qui ont tenu à montrer leur solidarité hier refusent que leurs enseignants soient remplacés par des vacataires et rappellent au ministère que leurs professeurs sont en majoirté des enseignants qui cumulent une expérience de plus de 10 ans.

Dans les lycées de Abdellah Seddik (cité Zounka) et Lourari à Birkhadem et Hamia et Saad Dahleb à Kouba, les lycéens ont refusé de rejoindre leurs classe hier matin sachant que le ministère de l'Education avait fixé cette journée pour le début des examens du deuxième semestre pour tous les cycles.

Les lycéens ont été unanimement refusé le remplacement de leurs enseignants, notamment en milieu d'année scolaire et à une centaine de jours du baccalauréat.

La plupart des établissements scolaires sont en grève depuis le 30 janvier en réponse à l'appel du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (CNAPESTE) qui avait appelé à une grève illimitée réclamant l'application du procès verbal du 19 mars 2015 et la concrétisation des procès verbaux des wilayas de Blida et Bejaia outre l'annulation des mesures de ponction "arbitraire et abusive" des jours de grève.

Les enseignants du lycée Abdellah Seddik, affiliés au CNAPESTE, ont réitéré leur détermination à poursuivre la grève "jusqu'à satisfaction de leurs revendications et l'ouverture des portes du dialogue".

Dans le même sillage, la représentante du CNAPESTE au lycée Mohamed Kheider à Kouba, Mme Touat a affirmé que les enseignants de cet établissement "ont mis en garde les élèves contre un implication dans le mouvement et leur ont conseillé de rester en dehors de ce conflit (entre ministère de l'Education et le syndicat)".

Précisant que le nombre des enseignants révoqués de ce lycée est de 9 alors qu'une vingtaine sont dénombrés au lycée Abdellah Sadik, elle a indiqué que ces derniers ont refusé de prendre les décisions de leur révocations "puisqu'ils ne sont pas en situation d'bondon de poste mais en grève tout en étant présents quotidiennement au niveau des établissements où ils travaillent".

Pour sa part, le directeur de l'enseignement secondaire au ministère de l'Education nationale, Abed Atoui a imputé ces sits-in observés par les élèves à "la pressions qu'ils subissent suite à la grève de leurs enseignants" faisant étant d'"une absence d'accompagnement de la part des parents et des enseignants".

Le conseiller du ministère de l'Education, Mohamed Chaib Draa a affirmé que le calendrier scolaire annoncé au début de l'année sera respecté, soulignant que "toutes les mesures pédagogiques et réglementaires ont été prises afin de garantir la scolarisation des élèves et de rattraper les retards dus à la grève du CNAPESTE notamment à la wilaya de Blida et Bejaia".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.