MAROC
26/02/2018 14h:02 CET

Les "robes sculptures" de Noureddine Amir habillent le musée Yves Saint Laurent de Marrakech

DR/Instagram oligri

MODE - Si vous n'avez pas encore eu la chance d'admirer l'une des robes de Noureddine Amir, voici l'occasion rêvée. Après une exposition inaugurale dédiée aux œuvres de Jacques Majorelle, le musée Yves Saint Laurent de Marrakech met en lumière, depuis le 23 février et jusqu'au 22 avril, le travail du couturier marocain à travers une mise en scène magistrale.

Il faut dire que les créations d'Amir interpellent par leur caractère fort et leurs lignes poétiques. Le couturier s'imprègne de l'héritage et du savoir-faire ancestral marocain pour éveiller cet instinct primitif qui invite à un retour à la nature. Ses "sculptures à porter" sont ainsi plus qu'un simple habit, elle se construisent telle une seconde peau pour sublimer le corps de la femme.

noreddine amir

Robe Sculpture de Noureddine Amir, en mousseline de soie ornée de tubes en mousseline de soie et fils métalliques, 2018

Véritables œuvres d'art créées à partir de fibres brutes comme la laine, la soie, le raphia ou encore le jute, ses créations nous donnent une nouvelle définition du beau et de la féminité. L'esthète marocain aime en effet jouer avec les textures, les formes et les diktats pour en faire des pièces inédites, ambigües et fascinantes. Ainsi, les matières sont tantôt tressées, tantôt peintes au henné, à la peau de grenade sèche ou encore tricotées.

noureddine amir

Robe Sculpture de Noureddine Amir, en tubes d'organza de soie garnis de raphia, travaillés en spirales, 2009.

"Il nous a semblé évident de soutenir un artiste marocain dont on aime le travail. Pierre Bergé a eu un véritable coup de cœur pour ses robes sculpturales", explique au HuffPost Maroc Björn Dahlström, directeur du musée Yves Saint Laurent de Marrakech, qui tient ainsi à travers cette exposition la promesse de Pierre Bergé, décédé en septembre dernier.

noureddine amir

Robe Sculpture de Noureddine Amir, en tubes de mousseline de soie remplie de fils argentés, 2018.

Noureddine Amir avait déjà exposé ses oeuvres à l'Institut du monde arabe en 2014. Repéré par Pierre Bergé, une exposition lui avait été consacrée à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent à Paris en 2016.

L'année 2018 est sans nul doute celle de Noureddine Amir. Le Marrakchi est le premier marocain sélectionné par la Chambre syndicale de la Haute Couture pour participer aux défilés de la prochaine fashion week parisienne, venant ainsi ajouter son nom à la prestigieuse liste des membres invités dont Zuhair Murad, Georges Hobeika et Ralph&Russo. Il défilera aux côtés de Chanel, Dior ou encore Givenchy, lors de l'évènement qui se tiendra du 1er au 5 juillet prochain, et qui représente la plus haute distinction pour un couturier.

LIRE AUSSI: