MAROC
25/02/2018 11h:41 CET | Actualisé 25/02/2018 11h:42 CET

Syrie : la France appelle au respect de la trêve votée à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU

Members of the United Nations Security Council vote for ceasefire to Syrian bombing in eastern Ghouta, at the United Nations headquarters in New York, U.S., February 24, 2018. REUTERS/Eduardo Munoz
Eduardo Munoz / Reuters
Members of the United Nations Security Council vote for ceasefire to Syrian bombing in eastern Ghouta, at the United Nations headquarters in New York, U.S., February 24, 2018. REUTERS/Eduardo Munoz

SYRIE - La France a souligné la nécessité de respecter la trêve de 30 jours décidée à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU samedi 24 février. Cette trêve doit permettre aux convois humanitaires d'effectuer leur travail dans les localités les plus touchées par les violences et les pénuries en Syrie.

Dans un communiqué publié dans la nuit de samedi à dimanche, le président de la République française, Emmanuel Macron, a insisté également sur la nécessite de la mise en œuvre "sans entrave" des évacuations médicales d’urgence, réaffirmant que la mobilisation de la France reste "entière" à cet égard.

"Tous les pays concernés doivent agir pour la pleine mise en œuvre des engagements pris dans les jours qui viennent, à commencer par les garants d’Astana, la Russie, la Turquie et l’Iran", poursuit le communiqué.

Dès ce dimanche, le président français et la chancelière allemande Angela Merkel s'entretiendront avec le président russe Vladimir Poutine sur "la mise en œuvre de cette résolution et sur la feuille de route politique indispensable pour instaurer une paix durable en Syrie", a ajouté la même source.

Réagissant aussi à l’adoption de la résolution 2401 du Conseil de sécurité sur la situation humanitaire en Syrie, la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a considéré que "c’est un premier pas important qui doit permettre de porter secours aux populations en détresse", notamment dans la Ghouta orientale, soulignant que la France "sera à la fois active et vigilante pour que la trêve soit effectivement établie et respectée". "Elle travaillera avec tous ceux qui peuvent y contribuer et prendra toute sa part à l’action humanitaire internationale", a-t-elle assuré.

Dans sa résolution, le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé toutes les parties à cesser "les hostilités sans délai pour au moins trente jours consécutifs en Syrie pour une pause humanitaire durable" afin de "permettre l’acheminement sûr, sans entraves et régulier, de l'aide et des services humanitaires et des évacuations médicales des malades et des blessés graves".

Le Conseil a rappelé, à cet égard, que 5,6 millions de personnes dans 1.244 communautés ont des "besoins aigus", dont 2,9 millions se trouvent dans des endroits assiégés et difficiles d'accès.

Les quinze pays membres ont demandé également à toutes les parties de "respecter et d'honorer leurs engagements aux accords de cessez-le-feu existants", et ont exhorté "tous les états membres à user de leur influence auprès des parties pour assurer le respect de la cessation des hostilités et soutenir les efforts visant à créer les conditions d'un cessez-le-feu durable".

La Russie, principal allié du régime de Bachar al Assad, a approuvé ce texte après une série de négociations de dernière minute.

L’adoption de cette résolution est intervenue alors que le régime syrien continuait de bombarder la Ghouta orientale, un fief rebelle de la banlieue de Damas, tuant près de 520 personnes et blessant 2.500 autres depuis dimanche dernier.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les raids aériens du régime syrien se poursuivent encore ce dimanche dans la Ghouta orientale, où quelques 400.000 personnes sont assiégées par les forces du régime syrien.

"Les raids ont repris dimanche matin, avec deux frappes contre le secteur de Chifouniya, à la périphérie de Douma, la grande ville de la Ghouta orientale", a précisé la même source.

Le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a, par ailleurs, rapporté des tirs de roquettes et d'artillerie sur aux moins trois localités de la Ghouta orientale, notamment la ville de Douma.

LIRE AUSSI: