ALGÉRIE
24/02/2018 06h:23 CET | Actualisé 24/02/2018 06h:24 CET

Le ministre du travail appelle les syndicats grévistes à reprendre le travail

Riot police stand guard in front of Algerian doctors, who are completing their residency stage of their studies, holding a sit-in protest in Algiers Algeria , February 12, 2018.  Picture taken February 12, 2018. REUTERS/Ramzi Boudina
Ramzi Boudina / Reuters
Riot police stand guard in front of Algerian doctors, who are completing their residency stage of their studies, holding a sit-in protest in Algiers Algeria , February 12, 2018. Picture taken February 12, 2018. REUTERS/Ramzi Boudina

Le ministre du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, Mourad Zemali, appelle les syndicats grévistes des secteurs de l’éducation nationale et de la santé à "revenir à la raison et à rejoindre leurs postes de travail", soulignant que "les portes du dialogue sont toujours ouvertes".

Au cours d’un point de presse organisé en marge d’une visite de travail et d’inspection dans la capitale de l’Ouest, le ministre a ajouté que le dialogue permet de trouver des solutions aux problèmes de chaque secteur, car l’Etat possède les mécanismes nécessaires pour trouver les solutions idoines aux problèmes dans tous les secteurs.

Le ministre a soutenu que la persistance dans la grève ne fait que nuire aux intérêts directs des malades et des élèves. Pour lui, "la grève permet aux syndicats d’attirer l’attention et c’est chose faite. Maintenant, il reste le dialogue comme moyen de trouver des solutions à tous les problèmes".

"Nous sommes conscients qu’il y a des problèmes dans ces secteurs, mais il y a également un développement notable dans les secteurs de l’éducation nationale et de la santé et même si les revendications des grévistes sont légitimes, il ne demeure pas moins que le moyen utilisé par les syndicats pour les demander est illégal, car la justice a déclaré ces mouvements illégaux", a indiqué le ministre.

M; Zemai souligne qu'il a ajouté "nous avons rencontré les syndicats grévistes de l’éducation et nous leur avons demandé de reprendre le travail car, leur action est illégale, et que nous leur serviront d’avocats pour satisfaire leurs revendications, mais ces syndicats ont persisté dans leur logique et la justice a tranché et que toutes les parties doivent respecter la décision de la justice".

Il précise que "nous ne pouvons même pas servir d’intermédiaire, surtout que le mouvement a été déclaré illégal" ajoutant que "les grévistes sont en état d’abandon de poste dont les mesures légales sont connues".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.