MAROC
23/02/2018 08h:05 CET

La justice française décide le maintien en détention de Tariq Ramadan

REUTERS/Mike Segar
Mike Segar / Reuters
REUTERS/Mike Segar

TARIQ RAMADAN - La justice française a décidé, jeudi, de maintenir en détention l'islamologue Tariq Ramadan, inculpé et incarcéré pour viols en France, après qu’une expertise médicale a conclu que son état de santé n'était pas incompatible avec sa détention provisoire.

La santé de l'universitaire de 55 ans, qui souffrirait de sclérose en plaques et de neuropathie périphérique, se serait détériorée en détention, selon ses avocats. Une expertise médicale avait été demandée de ce fait par la Cour d’appel de Paris sans qu’elle donne lieu à des conclusions pouvant convaincre la chambre de l'instruction de cette Cour de se prononcer pour la mise en liberté du théologien.

Incarcéré depuis le 2 février, Tariq Ramadan est mis en examen pour viol et viol sur personne vulnérable, des accusations qu'il conteste.

Dès son arrivée à la prison de Fleury-Mérogis, en région parisienne, il s'était plaint de crampes, de fourmillements et picotements, selon une source proche du dossier.

Fin octobre, deux femmes avaient déposé plainte contre l'islamologue, qu’elles accusent de les avoir violées. L’une l'accuse de l'avoir violée et frappée lors de leur unique rencontre dans un hôtel à Lyon en 2009 et la seconde, de l'avoir violée dans un hôtel à Paris en 2012.

Soutien et accusations de "complot"

Selon France24, depuis l'arrestation de Tariq Ramadan, certains dénoncent "un 'deux poids, deux mesures', voire un 'complot' contre une des rares figures médiatiques de l'islam européen". Jeudi, 80 personnes, rassemblées devant le palais de justice de Paris, ont protesté contre le maintien en détention du théologien.

Des manifestants qui, pour la plupart, arboraient des t-shirts sur lesquels ont pouvaient lire "Justice pour Tariq Ramadan", rapporte l'AFP. Selon l'agence de presse française, "le recteur de la Grande mosquée de Lyon et son homologue de Villeurbanne réclament la 'libération immédiate' de Tariq Ramadan en raison de son état de santé".

Au Maroc, une rencontre de soutien à Tariq Ramadan devait avoir lieu à Casablanca samedi 17 février au théâtre Mohammed VI avant d'être finalement annulée à la dernière minute.

LIRE AUSSI: