TUNISIE
23/02/2018 09h:11 CET

Khemaies Jhinaoui à DW: "Nous ne sommes pas encore une démocratie"

"Pour être honnête, nous ne sommes pas encore une démocratie,” confie le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, à la chaîne d’information allemande Deutsche Welle (DW). Il a indiqué que la Tunisie est sur la voie d’une démocratie dans laquelle la transparence et le respect de la loi sont les maîtres mots.

En effet, le chemin de la démocratie semble long malgré les avancés en matière de droits politiques et de libertés individuelles, rapporte le média. “Le printemps arabe a commencé dans ce pays d'Afrique du Nord et les Tunisiens ont en effet bénéficié de droits politiques et de libertés civiles sans précédent,” souligne DW dans son article paru le 21 février 2018.

Mais face à ce progrès politique, l’économie de la Tunisie a du mal à redresser la tête, estime DW. Certes, des efforts ont été menés pour lutter contre le chômage, contrôler la corruption, sécuriser le pays, mais cela reste insuffisant.

“Le pays a vu neuf gouvernements depuis la révolution. Aucun n'a été capable de résoudre complètement ces problèmes,” rappelle le média. "Nous vivons dans une période transitoire difficile," a répliqué Jhinaoui, en abordant le fait que comme toute démocratie naissante, la Tunisie est confrontée à des obstacles et des difficultés au cours de son changement. "Pas question de se retourner en arrière," a-t-il encore souligné en exprimant la volonté du gouvernement à mener le pays à bon port.

La manifestation est "signe de santé"

Interrogé sur la vague d'arrestation de “protestataires” lors des manifestations menées en début de l’année contre la loi de Finances 2018, le ministre a estimé que ces agissements reflètent un “signe de santé” dans une démocratie. "La maltraitance est-elle une politique, une politique délibérée en Tunisie aujourd'hui? Je peux vous le dire, non," a-t-il affirmé en précisant que la plupart des personnes arrêtées ont été libérées. “Les personnes qui ont été impliquées dans des pillages, des actes de vandalisme, elles sont maintenant entre les mains de la justice, et ce conformément à la loi,”a-t-il souligné.

Il rappelé, d'autre part, que d'après le Freedom House, La Tunisie demeure le seul pays libre du monde arabe.

Par ailleurs, Jhinaoui a fortement défendu les policiers tunisiens: “Nos forces ont géré ces manifestations avec beaucoup de professionnalisme, il n'y a pas eu de victimes”.

Revenant sur la situation sécuritaire du pays, le ministre des Affaires étrangères a fait savoir que la Tunisie est parmi les pays les plus sûrs du monde. Il a noté qu’aujourd’hui les forces sécuritaires sont mieux formées et bien équipées pour faire face aux menaces terroristes. “Ces deux dernières années, la Tunisie a été à l'abri de toute menace terroriste," a-t-il souligné.

Les avertissements des USA de voyage en Tunisie sont exagérés

S’agissant des avertissements lancés par le Département d'Etat américain, selon lesquels il met en garde contre la présence de groupes terroristes retranchés dans les montagnes tunisiennes, Jhinaoui a estimé que ces alertes sont “trop exagérées”. “Il n’y a aucun territoire en Tunisie tenu par des terroristes,” a-t-il martelé.

Le ministre des Affaires étrangères a rappelé que le terrorisme est un phénomène international. “Aucun pays n’est à l’abri du terrorisme,” a-t-il conclu, en soulignant la nécessité d’une coopération internationale entre les différentes nations pour faire face à ce fléau.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.