MAROC
22/02/2018 06h:16 CET | Actualisé 22/02/2018 06h:33 CET

Le plan de développement de Tanger a coûté plus de 7,6 milliards de dirhams

Getty Images

TANGER - C’est un investissement de plus de 7,6 milliards de dirhams. Le programme "Tanger-Métropole" était à l’ordre du jour d’une réunion qui s’est tenue mercredi à Rabat au siège du ministère de l’Intérieur, sous la présidence du ministre Abdelouafi Laftit. Objectif: faire le point sur l’état d’avancement des projets de développement réalisés dans le cadre de ce programme, lancé en septembre 2013 par le roi Mohammed VI et qui s'est achevé en 2017.

L’environnement urbain, social et culturel de la ville, ainsi que les domaines de la santé, du sport et des équipements sont concernés par ce programme qui se veut être intégré, équilibré et inclusif de la ville du détroit.

À l’occasion, le ministre l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid, a rappelé que l’un des objectifs phare du programme réside dans le renforcement de la compétitivité de Tanger. Et de préciser, dans une déclaration à la presse relayée par la MAP, que "ce projet a été réalisé respectant les délais impartis". Pour le ministre, le programme a même dépassé ses objectifs dans plusieurs secteurs "grâce à la bonne gouvernance, à l’implication de tous les départements ministériels concernés et la mobilisation des conseils élus".

Une satisfaction que semble partager le président de la région, Ilyas El Omari qui, à l’issue de cette réunion, s’est félicité de l’importance que représente un tel programme dans la promotion de l’emploi.

Emploi, c’est le mot clé autour duquel s’articule justement ce programme. Laftit a tenu à le rappeler au cours de la réunion précisant que "le moment est venu pour réfléchir sur un autre programme axé plus particulièrement sur la promotion de l’emploi au niveau de la région". Et d’estimer que Tanger dispose suffisamment d’infrastructures et d’outils pour relever ce défi.

Appel lancé, les autorités locales devront en faire à présent une priorité en trouvant les moyens d’encourager l’emploi dans les secteurs les plus porteurs: industriels et touristiques.

LIRE AUSSI: