MAROC
22/02/2018 14h:09 CET

Pays-Bas: l'extradition vers le Maroc de Said Chaou refusée par le tribunal

DR

JUSTICE - Les autorités néerlandaises vont faire appel suite à la décision du tribunal au sujet de l'extradition vers le Maroc de Said Chaou, d'après des sources diplomatiques néerlandaises. L'ancien député du PAM fait l'objet d'un mandat d'arrêt international pour trafic de stupéfiants.

"Le ministre de la Justice et de la sécurité et la ministre des Affaires étrangères ont pris connaissance de la décision du tribunal concernant la demande d’extradition de Said Chaou, suspecté de trafic de drogue", a indiqué Désirée Bonis, l’ambassadeur des Pays Bas à Rabat, à la MAP.

Le procureur général devrait faire appel

"Le ministre néerlandais de la Justice et de la sécurité et le procureur général examinent actuellement le jugement du tribunal en vue d’un pourvoi en cassation", a souligné la diplomate néerlandaise.

Le tribunal de Zelande Ouest Brabant (sud des Pays Bas), qui a rendu sa décision jeudi après-midi, n’a pas accepté la demande d’extradition de Said Chaou vers le Maroc. Selon le site d'information néerlandais Omroep Brabant, la justice néerlandaise estime que "les garanties présentées par le Maroc ne sont pas suffisantes pour écarter le risque d'un procès inéquitable".

Deux mandats d’arrêt internationaux

Le ministère néerlandais de la Sécurité et de la Justice avait annoncé, le 29 juin dernier, avoir arrêté le Marocain, qui fait l’objet de deux mandats d’arrêt internationaux.

Accusé de crimes graves liés à la constitution d’une association de malfaiteurs et de crime d’homicide volontaire, ainsi que de délits de corruption et de trafic international de stupéfiants par le Maroc, Said Chaou est aussi poursuivi aux Pays-Bas pour plusieurs crimes.

"Il avait tenté vainement de se dérober de ses crimes, en avançant des considérations prétendument politiques. Son arrestation aujourd’hui le ramène à sa nature réelle de criminel notoire", avait estimé le ministère des Affaires étrangères.

LIRE AUSSI: