MAROC
21/02/2018 10h:40 CET | Actualisé 21/02/2018 11h:05 CET

IB Maroc sort son deuxième profit warning en 6 mois

DR

BOURSE - Rien ne va plus pour IB Maroc. Le fournisseur marocain de services informatiques vient d'émettre un nouveau profit warning, le quatrième depuis 2015, sur ses résultats pour l'année 2017. Ainsi, selon la société, l'année écoulée aura été "extrêmement difficile" avec un chiffre d'affaires qui devrait s'établir à 52 millions de dirhams contre 160 millions de dirhams prévus, ce qui générera une "perte importante".

Un client de perdu, 30% du personnel "libéré"

La cause de cette contreperformance exceptionnelle serait à chercher du côté du portefeuille puisque IB Maroc annonce la perte d'un "client historique" qui représentait 35% de son chiffre d'affaires. Un fâcheux incident qui a été causé par la défaillance d'un sous-traitant lors du déploiement d’un projet de Cloud Public, à en croire l'entreprise.

"Leur échec a provoqué la résiliation du marché par le client et IB Maroc a été sanctionné par celui-ci en étant radié de la liste de ses fournisseurs consultés", relève le spécialiste informatique, notant qu’une action en justice en réparation du dommage subi a été intentée contre ce sous-traitant devant le tribunal de Londres. Il n'empêche que ce "sinistre commercial" aura causé le licenciement de 30% des effectifs de la compagnie qui s'est vue obligée de réduire son seuil de rentabilité.

La faute au retard de la Loi de Finances

Ce n'est toutefois pas la première fois que IB Maroc avertit sur ses résultats de 2017. Dans un profit warning datant de septembre 2017 (qui n'est plus disponible sur le site de la Bourse de Casablanca), l'entreprise dirigée par Abdellatif Hadef évoque "le vote tardif de la Loi de Finances 2017" comme excuse pour justifier le retard dans la réalisation de ses objectifs.

Compte tenu de son importante exposition au secteur public qui représente une forte proportion de son chiffre d’affaires, l'activité s'en est trouvée automatiquement impactée. IB Maroc avait alors déjà annoncé sa réserve sur "sa possibilité à réaliser son objectif de chiffre d’affaires annuel". Cette réserve se confirme donc et s'aggrave après la perte de ce client important.

L'actionnaire principal met la main à la poche pour renflouer

La compagnie cherche à rassurer ses investisseurs en rappelant que le chiffre d'affaires ne peut être représentatif de l’activité normale et habituelle de la société et qu'il devrait revenir à un "niveau bien supérieur" en 2018 après la restructuration financière en soulignant que l'encours de la commande s'élève déjà à 33 millions de dirhams. D'ailleurs, pour accompagner cette restructuration, une nouvelle organisation a été mise en place avec une équipe exclusivement dédiée au développement du chiffre d'affaires de l'entreprise et au service de la clientèle.

Pas sûr toutefois que ces éléments ont été suffisants puisque le cours de l'action a dévissé aujourd'hui de près de 10% depuis l'ouverture de la séance. Le titre a même perdu le quart de sa valeur depuis 2015 et près de 39% de sa valeur depuis 2013.

Pour permettre à l'entreprise de garder la tête hors de l'eau, l'actionnaire principal, IB Corp, mettra la main à la poche et injectera 10 millions de dirhams. Cette somme viendra s'ajouter à 40 millions de dirhams financés conjointement par une banque et la Caisse Centrale de Garantie (CCG) dans le cadre d'un Fonds de soutien auquel a fait appel IB Maroc compte tenu de son endettement. Notons tout de même que si la demande a été acceptée, les fonds n'ont pas encore été débloqués à ce jour à cause des délais juridico-administratifs.

LIRE AUSSI: