TUNISIE
21/02/2018 11h:16 CET

Pourquoi la ville de Redayef était en grève générale mardi? (VIDÉO)

Capture d'écran / Radio Gafsa

La sécurité est absente de la région de Redeyef, dans le gouvernorat de Gafsa, et ce depuis plusieurs mois. À cet effet, une grève générale a eu lieu mardi pour réclamer le retour de la police, partie après que le commissariat ait été entièrement incendié en novembre dernier, suite à des protestations sur le report de l’annonce des résultats du concours pour le recrutement d'agents à la Compagnie des Phosphates de Gafsa.

Une vidéo reportage a été publiée par Radio Gafsa, dans laquelle, Omar Hlaimi, membre du syndicat de l'enseignement secondaire de Redeyef, a annoncé l'entrée en grève des enseignants, expliquant que celle-ci vient en protestation contre la prolifération de la violence et de la criminalité dans la région.

Hlaimi dénonce également un désengagement volontaire de la ville de Redeyef, à travers l'absence des forces de l'ordre qui, selon ses dires, "ne sert que les intérêts des corrompus et ceux qui veulent éviter de dévoiler des vérités".

"Nous entrons donc en grève pour demander le retour de la sécurité, qui constitue la base, et la solution pour que nos revendications soient entendues" ajoute Hlaimi.

Les revendications à l'origine des protestations de novembre 2017, qui avaient conduit à l'incendie des postes de police, n'ont cependant pas encore été traitées par le gouvernement. Dans ce contexte, les agents et cadres de la Compagnie de phosphate Gafsa avaient observé, le 12 de ce mois, un rassemblement de protestation devant le siège social de la compagnie, pour inciter les autorités de tutelle à trouver une solution urgente à la paralysie de l’activité dans les différents sites de production de phosphate.

L’accès aux sites miniers dans la région de Gafsa est bloqué depuis mardi par des sans emplois qui contestent les résultats du concours précité.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.