ALGÉRIE
21/02/2018 11h:36 CET | Actualisé 21/02/2018 11h:36 CET

Education: une grève illimitée à partir du 4 avril prochain

DR

Une grève illimitée sera entamée par l'intersyndicale avec des sit in régionaux, a annoncé le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de l`éducation et de la formation (SATEF), Boualem Amoura à l'Agence de presse algérienne (APS).

Parmi les revendications soulevées par les syndicats, "la révision des dysfonctionnements contenus dans le Statut des travailleurs de l'Education, l'application du décret présidentiel 14-266 concernant les diplômes d'études universitaires appliquées (DEUA) et de Licence et la révision de l'arrêté ministériel relatif aux examens professionnels et la révision de la note éliminatoire dans la matière non essentielle", a-t-il souligné.

Le collectif syndical revendique également "l'amélioration de la situation sociale des corps communs et des professionnels, l'abrogation de l'article 87 bis du code de travail et l'institution d'une prime incitative préservant leur dignité".

Il s'agit aussi de la révision du régime indemnitaire et de la grille indiciaire des traitements des fonctionnaires en adéquation avec l'indice de vie, l'unification de la prime d'excellence dans les régions concernées (Sud et Haut plateaux) et l'actualisation de la prime de zone sur la base du nouveau salaire de base".

Selon lui, un "nombre important d'enseignants a rejoint, aujourd'hui la grève des deux jours entamée par l'intersyndicale hier mardi. Ce mouvement qualifié de "légitime", par les syndicalistes, bénéficie d'une large adhésion des travailleurs du secteur ce qui explique "le nombre élevé de grévistes", a soutenu M Amoura, précisant que "le taux de suivi de cette grève avait dépassé les 70%".

Une réunion d'évaluation de la grève de deux jours à laquelle ont appelé cinq syndicats du secteur de l'éducation se tiendra après les vacances scolaires de printemps pour discuter des actions à entreprendre.

Interrogé sur la probabilité de l'adhésion des cinq syndicats à la grève illimitée enclenchée depuis le 30 janvier dernier, par le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (CNAPESTE), M. Amoura a rejeté cette probabilité.

"Nous n'avons pas les mêmes revendications. Toutefois, nous sommes solidaires avec les enseignants radiés", a-t-il expliqué.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.