ALGÉRIE
19/02/2018 07h:49 CET | Actualisé 19/02/2018 07h:50 CET

Syrie: des forces prorégime à Afrine "dans les prochaines heures" (média d'Etat)

Turkish-backed Free Syrian Army fighters are seen north of the city of Afrin, Syria February 18, 2018. REUTERS/Khalil Ashawi
Khalil Ashawi / Reuters
Turkish-backed Free Syrian Army fighters are seen north of the city of Afrin, Syria February 18, 2018. REUTERS/Khalil Ashawi

Des forces progouvernementales en Syrie pourraient entrer lundi dans la région d'Afrine après des discussions avec les forces kurdes, pour tenter de mettre fin à l'offensive meurtrière de la Turquie contre cette enclave du nord-ouest du pays.

L'armée turque, appuyées par des rebelles syriens, mène depuis un mois une offensive terrestre et aérienne contre cette zone pour en chasser les Unités de protection du peuple (YPG).

Cette milice est considérée comme "terroriste" par Ankara mais alliée des Etats-Unis dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie.

"Les forces populaires vont arriver à Afrine dans les prochaines heures pour soutenir ses habitants contre l'attaque du régime turc", a indiqué l'agence officielle syrienne Sana, citant son correspondant à Alep.

Elles vont "se joindre à la résistance contre l'agression turque", a ajouté Sana, précisant qu'il s'agissait de "défendre l'unité territoriale et la souveraineté de la Syrie".

L'agence n'a pas donné de détails sur la composition de ces "forces populaires" ni mentionné de déploiement de l'armée régulière syrienne dans cette région du nord-ouest de la province d'Alep et bordée par la Turquie.

Damas a dénoncé l'"agression" d'Ankara à Afrine mais n'a jamais explicitement déclaré qu'elle interviendrait.

Le porte-parole de YPG Birusk Hasakeh n'était pas en mesure de confirmer dans l'immédiat le déploiement de forces progouvernementales lundi.

En 2012, après le retrait des forces gouvernementales de la zone, Afrine est devenue la première région kurde en Syrie à échapper au contrôle du régime de Bachar al-Assad et les autorités y ont installé une administration autonome.

Mais des négociations sont en cours pour un retour potentiel des forces progouvernementales dans l'enclave, selon des responsables.

"Des discussions ont lieu sur le plan militaire", a affirmé dimanche à l'AFP le coprésident du Conseil exécutif d'Afrine, Heve Moustafa.

La semaine dernière, le commandant des YPG, Sipan Hamo, avait déclaré que ses forces n'avaient "aucun problème" avec une intervention militaire du régime syrien "pour défendre Afrine et sa frontière face à l'occupation turque".

Les autorités kurdes restent elles vagues sur le type de déploiement qu'elles accepteraient à Afrine.

Le mois dernier, Othmane al-Cheikh, l'autre coprésident du Conseil exécutif d'Afrine avait exhorté le régime de Damas à empêcher l'aviation turque de survoler le canton.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.