TUNISIE
19/02/2018 09h:06 CET | Actualisé 19/02/2018 09h:09 CET

3 victimes de la "Baleine Bleue" en Tunisie en près de 10 jours: Le Délégué à la Protection de l'enfance tire la sonnette d'alarme

Indian sand artist Sudarshan Patnaik is creating a sand sculpture about the Blue Whale game for public awareness at the Bay of Bengal Seas eastern coast beach at Puri, 65 km away from the eastern Indian state Odishas capital city Bhubaneswar. (Photo by STR/NurPhoto via Getty Images)
NurPhoto via Getty Images
Indian sand artist Sudarshan Patnaik is creating a sand sculpture about the Blue Whale game for public awareness at the Bay of Bengal Seas eastern coast beach at Puri, 65 km away from the eastern Indian state Odishas capital city Bhubaneswar. (Photo by STR/NurPhoto via Getty Images)

Alors que le jeu morbide de la Baleine bleue ("Blue Whale") continue de faire des victimes en Tunisie, le délégué régional à la protection de l'enfance de Tunis Anis Aouanallah a affirmé lundi, qu'il existe "une coordination entre de nombreux ministères" pour mettre un terme à ce fléau.

Ainsi rappelle-t-il, le ministère de la Femme, de la famille et de l'enfance a déjà mis en place un programme de prévention destiné aux enfants mais aussi aux parents et ce dès décembre 2017.

Concernant le ministère des Technologies de la Communication et de l'Économie Numérique, "les efforts sont en train d'être faits pour fermer cette application" indique-t-il précisant que cela nécessite beaucoup plus de temps que pour un simple site.

"Le but principal de ces jeux est d'affaiblir psychologiquement l'enfant. Les parents doivent faire très attention aux jeux auxquels jouent leurs enfants mais aussi à leurs comportements. S'il y a un changement, c'est qu'il doit y avoir un problème et auquel cas, ils pourront contacter la délégation régionale de l'enfance qui leur portera secours" précise-t-il.

Le 11 février dernier, Mehdi, un jeune garçon de 11 ans s’est donné la mort par pendaison à Zaghouan. Il est la première victime de “la baleine bleue” en Tunisie.

LIRE AUSSI: Quand "La baleine bleue", le jeu de la mort, fait des ravages

Pendant les 50 jours qui ont précédé son passage à l’acte, Mehdi avait suivi les consignes de la baleine, sa “baleine” (sorte de mentor, de tuteur, avec qui l’utilisateur est en contact tout au long du jeu).

Selon le délégué à la protection de l'enfance de Zaghouan, Mohamed Khemiri, contacté par Nessma TV, le suicide a bien été motivé par ce jeu macabre.

Vendredi, une seconde adolescente se serait suicidée par pendaison à Khnis (gouvernorat de Monastir) après avoir joué à ce jeu. Selon plusieurs médias qui citent les parents de la jeune fille, elle aurait atteint le dernier niveau du jeu qui consiste à se donner la mort.

Dimanche, le jeu a fait une troisième victime de 11 ans à Sousse rapporte Mosaïque FM. Celui-ci se serait pendu conformément aux directives du jeu de la Baleine Bleue, après lui avoir été demandé de ne pas parler à sa mère pendant plusieurs jours rapporte la même source.

Une machine à tuer

Le “blue whale challenge” est un jeu inventé par des Russes en 2016. Il s’est très rapidement diffusé sur le réseau social russe Vkontakte à une ampleur mondiale et revient à la mode depuis quelques mois.

Le jeu tient son nom d’une légende d’après laquelle la baleine serait capable de se suicider en s’échouant volontairement sur une plage.

La “baleine/mentor” a pour rôle de donner des tâches secrètes, personnalisées et de convaincre le joueur, de l’encourager, de le faire sentir important pour le pousser à aller jusqu'au bout, tout en le manipulant.

Ce jeu a fait des ravages. Plus de 150 morts ont été recensés dans le monde entier y compris en Tunisie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.