TUNISIE
19/02/2018 07h:52 CET

Dans une interview accordée à Jeune Afrique: "L'UGTT, je ne dialogue pas avec, je vis avec" affirme le président de l'UTICA Samir Majoul

facebook/UTICA

Dans une interview accordée au magazine Jeune Afrique, le nouveau président de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (UTICA) Samir Majoul a réitéré son appel à un "Accord de Carthage économique".

S'il n'est pas contre l'Accord de Carthage dans sa version actuelle, il est primordial de mettre en place un "Accord de Carthage économique". Pour lui, les prochaines échéances électorales permettront probablement la mise en oeuvre d'un tel accord.

Interrogé sur l'opposition de l'UTICA au projet de la loi de finances 2018, Samir Majoul a affirmé qu'il s'agissait plutôt "d'une loi fiscale" et non d'une loi de finances. Pour lui, la loi de finances 2018 est un texte qui "pèse sur le secteur privé" pour "combler le déficit public" issu des entreprises publiques.

Faut-il appeler à leurs privatisations? "Si demain le public prouve sa compétitivité, je le défendrai et m'opposerai à sa privatisation" a-t-il affirmé ajoutant être "un vrai libéral" mais pas un adepte du "dumping social".

Si cette position peut paraître handicapante vis-à-vis de l'Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), il n'en est rien selon Samir Majoul: "L'UGTT, je ne dialogue pas avec, je vis avec. Ce sont des partenaires que je respecte" a-t-il annoncé.

Concernant le rôle de la France auprès de la Tunisie, le président de l'UTICA affirme accorder sa confiance au président français et estime les promesses faites par la France comme "rassurantes".

Samir Majoul a été élu le 18 janvier à la place de Wided Bouchamaoui à la tête du patronat tunisien.

Industriel dans le secteur agroalimentaire, dirigeant d'une PME, issu de l'une des familles fondatrices du patronat en Tunisie, Samir Majoul était vice-président de l'UTICA avant d'en devenir le président.

“Nous allons garder la même méthodologie de travail, et ce en maintenant l’esprit de coopération, de contribution et de respect des autres. Nous objectif sera d’améliorer la situation économique du pays tout en préservant notre organisation soudée” avait-il déclaré dans la foulée de son élection.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.