ALGÉRIE
19/02/2018 04h:38 CET | Actualisé 19/02/2018 04h:38 CET

Vers la création à Oran d'un orchestre symphonique en prévision des Jeux Méditerranéens 2021

Musicians of the Ural Philharmonic Orchestra (Orchestre Philharmonique de l'Oural) rehearse the violin part of a musical piece composed by Russian composer Sergei Rachmaninoff and leaded by Russian director Dmitri Liss on the first day of 'La Folle Journee de Nantes' classic music festival, on January 31, 2018 in Nantes, western France. / AFP PHOTO / LOIC VENANCE        (Photo credit should read LOIC VENANCE/AFP/Getty Images)
LOIC VENANCE via Getty Images
Musicians of the Ural Philharmonic Orchestra (Orchestre Philharmonique de l'Oural) rehearse the violin part of a musical piece composed by Russian composer Sergei Rachmaninoff and leaded by Russian director Dmitri Liss on the first day of 'La Folle Journee de Nantes' classic music festival, on January 31, 2018 in Nantes, western France. / AFP PHOTO / LOIC VENANCE (Photo credit should read LOIC VENANCE/AFP/Getty Images)

Un orchestre symphonique sera créé à Oran dans les deux prochaines années, a annoncé, dimanche à Oran, le ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi, lors d’une cérémonie de dénomination de l’Institut régional de musique au nom du moudjahid et artiste défunt Blaoui Houari.

L'orchestre symphonique, a indiqué Azzeddine Mihoubi sera créé dans un délai n’excédant pas deux années, dans le cadre des préparatifs des Jeux méditerranéens de 2021 qui auront lieu à Oran.

"Les Jeux méditerranéens ne sont pas uniquement un événement sportif, mais également culturel durant lequel l’Algérie et la culture algérienne, dans toutes ses dimensions, seront montrées au monde entier, et la création d’un orchestre symphonique est un challenge pour donner un cachet particulier à ces jeux", a -t-il déclaré, ajoutant que les pouvoirs publics apporteront toute l’aide nécessaire à ce projet, qui représente un véritable défi.

"Blaoui Houari est un moudjahid qui a également chanté l’Algérie et ses martyrs. C’est un grand artiste qui a marqué la mémoire de son pays, qui a donné un nouveau souffle à la culture algérienne. C’est une personnalité qui a laissé une empreinte indélébile en Algérie et à l’extérieur de l’Algérie", a-t-il dit, rappelant que l'artiste a laissé un grand répertoire dans lequel puisent les nouvelles générations.

"Il faut faire bouger la culture algérienne dans toutes ses dimensions", a-t-il soutenu, annonçant que plusieurs établissements culturels du pays seront baptisées aux noms de grands artistes défunts algériens.

Par ailleurs, le ministre a assisté, au théâtre régional d’Oran "Abdelkader Alloula", à une opérette "El Fadjr Wal Miqsalla" (l’Aube et la guillotine), un hommage à Ahmed Zabana, premier chahid guillotiné à la prison de Serkadji (Alger) le 19 juin 1956, L texte est écrit par Azzeddine Mihoubi et la musique est de Blaoui Houari.

C’est en quelque sorte, le testament du défunt artiste, qui avait émis le voeu, peu de temps avant sa mort, que l’opérette soit réalisée post-mortem.

Auparavant, le ministre avait visité une exposition d’oeuvres de l’artiste peintre Taleb Mahmoud qui se tient actuellement au Musée des arts modernes d’Oran (MAMO).

Intitulée "Colorions l’Algérie, amour et paix", l’exposition réunit 88 oeuvres de l’artiste Taleb Mahmoud entre toiles, sculptures et calligraphies et représente une année de son travail.

Toutes ces activités ont été organisées dans le cadre de la commémoration de la Journée nationale du chahid.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.