MAROC
17/02/2018 08h:01 CET | Actualisé 17/02/2018 08h:02 CET

Fusillade de Floride: Le FBI a été alerté sur le comportement suspect du tireur mais n'a pas enquêté

FLORIDE - Le FBI a reconnu vendredi avoir été averti en janvier que l'auteur de la fusillade qui a fait 17 morts mercredi dans un lycée de Parkland, en Floride, pourrait être en train de préparer une attaque, mais sans prendre la peine de lancer d'enquête.

En effet le 5 janvier dernier, une personne proche de Nikolas Cruz (19 ans), l'auteur de la fusillade du lycée "Marjory Stoneman Douglas", a téléphoné à la ligne publique du FBI fournissant des informations sur ses armes à feu et son comportement erratique, évoquant également son désir déclaré de tuer et les messages alarmants publiés par le jeune homme sur les médias sociaux. L'appelant craignait que Cruz puisse attaquer une école.

marjory stoneman douglas

Dans un communiqué publié vendredi, l'agence fédérale souligne que cette information "aurait dû être traitée comme une menace potentielle" et "aurait dû être communiquée au bureau du FBI de Miami, qui se serait chargé des investigations nécessaires".

Le directeur du FBI, Christopher Wray, a déclaré que l'agence était encore en train de revoir ses faux pas, s'engageant "à aller au fond des choses" et à "revoir les procédures en place". "Nous avons parlé avec les victimes et les familles et nous regrettons profondément la douleur supplémentaire que cela cause à tous ceux qui sont touchés par cette horrible tragédie", a-t-il ajouté.

Armé d'un fusil d'assaut, Nikolas Cruz a ouvert le feu mercredi 14 février dernie, dans l'enceinte du lycée "Marjory Stoneman Douglas" au moment où les étudiants s’apprêtaient à quitter l'établissement en fin de journée, tuant 17 personnes et blessant 14 autres avant d'être interpellé par la police.

marjory stoneman douglas

Il s'agit de la deuxième tuerie la plus meurtrière dans un établissement scolaire américain, après le massacre en 2012 de 20 enfants et de six éducateurs dans une école primaire à Newtown dans le Connecticut. Une affaire qui remet à l'ordre du jour le débat sur le port d'arme aux États-Unis.

Le jeune homme a comparu le 15 février, en combinaison orange de prisonnier, face à la juge qui lui a annoncé son maintien en détention sans possibilité de libération sous caution.

cruz nikola

LIRE AUSSI: