MAROC
15/02/2018 14h:52 CET | Actualisé 16/02/2018 06h:42 CET

Street4fit, la start-up lancée par trois Marocains pour faire entrer le sport dans les entreprises

Jafaar ELALAMY

START-UP - Face aux horaires effrénés de travail, il est parfois difficile de trouver du temps dans la journée pour faire du sport. Et si votre entreprise non seulement vous procurait ces quelques heures d'exercice, mais les organisait pour vous? C'est le projet lancé en France par Jaafar Elalamy, jeune marocain, et ses deux camarades d'école de commerce Mounir Bourhrara et Karim Fathi, tous deux également d'origine marocaine.

Le trio a créé Street4Fit, un concept innovant qui permet de mettre en relation des entreprises souhaitant organiser des exercices de "team building" ou des cours de sport pour ses employés dispensés par des jeunes des quartiers populaires passionnés de sport. "Avec mes associés, on a observé la manière dont les entreprises mettent en place leur politique de bien-être" explique Jaafar Elalamy au HuffPost Maroc. "En même temps, nous voulions aussi que notre entreprise ait un impact social".

Ces derniers décident alors de se tourner vers les quartiers populaires, notamment dans la banlieue parisienne, où le taux de chômage est "supérieur à la moyenne nationale" mais regorge de talents sous-exploités. "Karim Fathi venait du 93 et connaissait pas mal de sportifs dans son quartier qui étaient amenés à faire des emplois précaires comme chauffeurs Uber ou livreurs de pizzas, mais étaient brillants dans leurs disciplines sportives". Les trois comparses décident alors de mettre en relation ces deux univers "que tout oppose", celui de l'entreprise et des quartiers populaires, et "mettre en avant des talents qui manquent énormément aux entreprises".

street4fit

Le diplôme de coach, sésame indispensable

Pour former leurs coachs, les trois jeunes entrepreneurs ont d'abord créé une structure les aidant à trouver des subventions pour payer une formation de coach sportif et un diplôme, étape nécessaire en France pour exercer ce métier. "Aujourd'hui, en France, il est impossible d'exercer le métier de coach sans avoir un diplôme, qui coûte quand même 7.500 euros". Un prix qui freine beaucoup de jeunes qui ambitionnent d'exercer ce métier.

Au début, les trois "start-uppers" faisaient tourner leur entreprise grâce à des fonds personnels. Depuis, ils sont à la recherche de subventions pour les aider à développer leur projet. Ils ont notamment approché Paris Initiative Entreprise (PIE), qui aide à financer les petites entreprises.

"Dernièrement, notre entreprise a été sélectionnée parmi les 24 start-ups qui auront un impact social conséquent avant l'arrivée des JO 2024", explique Jaafar Elalamy. Depuis, la petite entreprise a développé son carnet de rendez-vous en collaborant avec des grosses boîtes comme Renault, Saint-Gobin, L'école 42, Airbnb...

Développer le concept du bien-être en entreprise au Maroc

Prochain terrain pour Street4Fit, le Maroc. Si les fondateurs de la start-up ont déjà organisé des exercices de "team building" au sein d'entreprises marocaines comme Big Dil et Reference one, le véritable challenge est d'introduire un "programme de bien-être dans les entreprises", une notion encore peu mise en avant dans le monde du travail marocain.

"Nous sommes également en plein travail de sensibilisation des entreprises au bien-être de leurs employés, la mise en place de programmes de team building et autour du sport, ce qui n'est pas encore dans la culture locale", déclare le jeune chef d'entreprise.

Concernant les coachs, Street4Fit espère trouver les perles rares par le biais des réseaux des salles de sport nationales, et ainsi, comme en France, mettre en lien des jeunes qui veulent vivre de leur passion pour le sport et des entreprises qui veulent rendre le quotidien de leurs employés plus agréable.

street4fit

Jaafar Elalamy aux côtés de Xaviel Niel et Najat Vallaud-Belkacem

LIRE AUSSI: